Laetitia SHERIFF - FEIST

GOMM - FANCY - HAWAII SAMURAI - BOB LOG III

CHRISTOPHE


Festival les Nuits Secrètes

Aulnoye-Aymeries, le 6 et 7 août 2004

Les nuits secrètes d'Aulnoye-Aymeries commencent à faire parler d'elles. Sous cette appellation un peu obscure, se cache une formidable organisation qui propose pendant 3 jours de multiples concerts et des circuits baladant le visiteur du soir au gré des folies secrètes d'artistes contemporains. A chacun de faire son programme. Et que de belles ouvertures vers la culture sous ses multiples formes pour une population locale durement touchée par les diktats économiques et oubliée il y a encore peu de tous. Les nuits secrètes de Photorock se sont limitées à la scène Plaza et de son sol de sable pour le promener entre Laetitia SHERIFF et FEIST le premier soir puis vers GOMM, FANCY, HAWAII SAMURAI pour terminer avec BOB LOG III sans oublier un détour vers CHRISTOPHE.

Ma première nuit secrète fut féminine. Au programme, l'émouvante Laetitia SHERIFF propulsée dans la dimension nationale avec son superbe album Codification et FEIST, nouvelle étoile féminine montante aussi. On sent que Laetitia SHERIFF arpente les scènes de France et de Navarre avec ses deux musiciens, son set est parfaitement au point. Elle vit sa musique, elle se donne à fond, elle la transpire. La scène est devenue une partie d'elle même. Ses musiciens l'enveloppent dans des atmosphères puissantes et intimistes propices à l'enchantement. Car c'est bien un envoûtement que le spectateur, les pieds dans le sable ressent et il l'accepte sans retenue et se surprend à imaginer un thousand fishes swimming inside... Un grand plaisir.

cliquer sur l'image - click on the pic



FEIST, seule avec sa guitare succède à Laetitia SHERIFF. Elle a aussi la rage, FEIST avec sa voix si sensuelle faussement fausse par moment et ses accents pop, folk, jazz, rock..., accroche le regard et les oreilles. Le public apprécie, la pousse à aller plus loin et FEIST joue le jeu avec un plaisir évident. Bien que cela sonne bien, j'accroche difficilement aux mélodies de cette ex-punkette , il y a un quelque chose d'Amélie Poulain qui me gène, un soupçon de bobo inrock qui me gratte, une impression de formatage qui correspond sans doute aux attentes d'un public bien ciblé.

cliquer sur l'image - click on the pic



Deuxième nuit secrète, deuxième claque car ce soir, l'affiche promet. GOMM commence, BOB LOG III termine. Entre les deux, s'intercalent FANCY et HAWAII SAMURAI qui d'après les dires promettent. En fait de GOMM, c'est un orage violent qui commence. Une heure d'attente avant que de puissants rythmes m'attirent entre les dernières gouttes vers la scène où GOMM attaque très fort. Ils ne l'ont pas facile ces rois des ambiances de sous bois de la Forêt Noire, il fait encore jour et les quelques lights n'arrivent pas à créer le climat visuel, du moins au départ. GOMM ne pouvait que s'en remettre à sa musique... Ils n'ont pas eu beaucoup de mal. Leur musique mêlant l'hypnotique aux refrains entêtants sur des rythmes soutenus a séduit rapidement l'assistance qui a un peu de mal à faire face à ces déluges soniques. C'est un GOMM version rock qui a joué ce soir avec en prime un nouveau titre à la sauce spatiale CAN / PINK FLOYD de l'avant Dark Side qui augure de belles surprises pour le CD qui arrive en septembre dans les bacs.

cliquer sur l'image - click on the pic



FANCY ? ? ? Un trio plus un batteur. Le chanteur à la voix peu courante, est surmonté d'une coiffure afro qui décoiffe. Le nom surprend. Ce n'est pas Fonzy mais FANCY. Pour éclairer ceux qui se posent des questions, FANCY est un mot anglais venant de la contraction du moyen français Fantasy. Il signifie selon les âges, apparition, vision, hallucination, imagination mais aussi légèreté, fantaisie, frivolité, plaisir... Pour la musique, c'est la même chose... A vous d'imaginer.

cliquer sur l'image - click on the pic



Après les fougueux FANCY et un passage éclair à la grande scène où un public nombreux attendait CHRISTOPHE dont C. une fan de ce grand romantique (photos en fin de page), place au surf rock avec HAWAII SAMURAI, trio masqué détonant. En résumé, ils font dans un vieux rock survitaminé, totalement speed avec un jeu de scène déjanté. Ça part dans tous les sens sur des rythmes qui accrochent immédiatement nos oreilles tant ils paraissent familiaux. Le final est explosif, excitations verbales et lancer de basse dans la batterie terminent le concert avant le déploiement de leur étendard : HAWAII SAMURAI – high surf – X-Plosion...

cliquer sur l'image - click on the pic



La scène est vide, ne traînent que les retours en attente de décibels. Des sons bizarres semblant venir d'ailleurs sortent des enceintes. Et toujours rien sur scène. Contre toute attente, c'est sur une scène roulante que notre cosmonaute de BOB LOG III arrive enfin. Toujours affublé de son casque à micro téléphone intégré et de sa combinaison moulante à la Roger DALTREY, BOB LOG III fait dans un garage où l'on retrouve sans problème du blues, du rock et même des airs country ! Bref, résumons à garage par facilité. Véritable Gagarine du rock ou Buck Rogers de la scène faisant un max de bruit avec sa grosse caisse et sa gratte pour attirer two filles (elles ne sont pas téméraires à Aulnoye, hein C.), notre Rémy BRICKA du cosmos entraîna un nombreux public dans ses délires musicaux, voire sidéraux. BOB LOG III plonge musicalement en plein dans les comics, habille de musique les supers héros et comme un grand repoussa tout seul sa scène mobile annonçant en suant la fin du set. Si BOB LOG III avait participé à la conquête spatiale, c'est pas un bip que Spoutnik aurait émis mais du rock and roll. Sans doute, la face du monde aurait changé...

cliquer sur l'image - click on the pic





BONUS : CHRISTOPHE

cliquer sur l'image - click on the pic




Frédéric Loridant
août 2004

Frédéric Loridant ©2004