Photorock
ASHTONES - OBERKAMPF

Roubaix, La Cave aux Poètes, le 09 octobre 2003

La poèsie ne se trouve pas toujours là où les institutions aimeraient les trouver et ce jeudi soir, il fallait aller les mains dans ses poches trouées comme Rimbaud, flâner dans l'univers souterrain de la Cave aux Poètes à Roubaix. Le public ètait à l'image de l'affiche, à savoir franchement keupons et les crêtes fleurissaient défiant les lois de la pesanteur quand ce n'ètaient pas des crânes rasés qui reflétaient la lumière. Dans la salle au plafond bas, un Schnaps jonglait avec des galettes vinyls et les bières coulaient à flot ; làheure approchait où les ASHTONES allaient pouvoir déclamer (en verre) leur rage de vivre avant de laisser la place à une autre figure du monde d'en bas : OBERKAMPF.



AHSTONES

En trois accords les ASHTONES et le look très RAMONES de Gérard, leur singer, nous ont télétransportés directement dans le CBGB ; tout y était sauf sans doute le son, excellent ce soir et toute la finesse des morceaux des ASHTONES se ressentait. C'était tout simplement beau cette communion entre la zique des STOOGES et celles des RAMONES avec un saupoudrage de STONES grand cru et une superbe reprise de Jumping Jack Flash que n'aurait pas renié les jeunes STONES. Il méritait tout simplement d'être enregistré ce concert rien que pour faire sauter la virginité de nos chaînes hifi ou éventuellement faire chier les voisins qui aiment Sarko.



Ashtones

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Ashtones



OBERKAMPF

Le temps de discuter le coup en regardant la scène se parer d'autres matériels et les OBERKAMPF viennent occuper le terrain. Pas besoin de chauffer la cave, les pogos commencent dès les premiers crachouillements des amplis. On bondit dans tous les coins, le plafond tout béton revoit les premiers coups de boule involontaire et quelques corps viennent s'écraser au milieu des musicos qui évitent sans problème ces paquets gesticulants et hurlants. Autant les ASHTONES font dans du IGGY RAMONES, autant les OBERKAMPF plus tricolores, plus européens tapent dans le keupons des 80 tiré du premier jus des vendanges PISTOLS et autres précurseurs anglais. L'énergie, la rage et la tension sont plus que palpable dans leur poésie électrique et souterraine ; les pogos s'enflamment de plus belle mais bannissent l'agressivité ; ils deviennent danse et les keupons . Joe HELL fait souvent corps avec les Petits Rats de l'Opéra Souterrain qui 'évertuent à faire des pointes devant lui pendant que X.Moul et NOCE essaient de les éviter pour éviter le mélange cordes de grattes, jambes ou bras. Un vrai retour au rock primitif, bien balancé et brut de coffrage ; l'absence totale de fioritures libère et c'est en surdose que l'on s'injecte cette bonne énergie poétique souterraine. Pas de danger, l'overdose est impossible ! Mais par contre l'effet de manque Et docteur, j'ai besoin d'un docteur !

Et en final, OBERKAMPF rappela malgré Raffarin et son déficit hypothéquant notre avenir, que PUTAIN PUTAIN C'EST VACHEMENT BIEN, NOUS SOMMES QUAND MEME TOUS DES EUROPEENS est toujours déactualité dans une version qu'ARNO n'aurait pas reniée même du temps de TC MATIC même si le flamand ne s'est pas fait entendre dans les couplets.



Oberkampf

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Oberkampf





Frédéric Loridant
octobre 2003
fred@photorock.com