OZRIC TENTACLES

VK CLUB, Bruxelles
le 05 décembre 2003

19h30, la Schoolstraat commence à se remplir de chevelus aux dread-locks bien fournis sous le regard amusé des autochtones de ce quartier populaire de Bruxelles. Enfin, la porte des étoiles s'ouvre. Pas pour Mac Giver, mais pour des maîtres du cosmos, OZRIC TENTACLES, venus le temps d'une soirée transformer le VK Club en explosions lumineuses dignes d'une super nova.

L'attente est longue, la bière coule, les beuz fument, du vert, du brun et on finit par commencer à voir l'univers en kaléidoscope quand tout devient violet et que des rythmes sourds et hypnotiques surgissent. Une gratte aérienne donne le signal du départ vers l'infini et c'est tout le VK Club qui tremble, gagnant en douceur le chemin des étoiles. Très vite, le vaisseau piloté par OZRIC TENTACLES gagne de la vitesse, emmènent les centaines de personnes s'y trouvant dans des tourbillons de lumières dans lesquels dansent des poulpes multicolores qui étalent leurs tentacules lumineux par dessus les silhouettes colorées des musiciens concentrés sur les manœuvres. Tout s'accélère encore, les tourbillons deviennent tornades, l'ouragan explose l'échelle beaufort ! Les pupilles des catéchumènes ne suivent plus les déferlantes et restent dilatées. Les plus faibles commencent à ne plus supporter les bombardements soniques, les autres ne sont plus eux mêmes, c'est l'extase, les corps bougent automatiquement, s'enlacent, entrent en transe, ne sont plus contrôlés par leur propriétaire devenu hagard, noyé dans la lumière, photonnisé. La suite, pourtant la vitesse de croisière, ne fut qu'un déluge continuel de sensations soniques, olfactives et visuelles. OZRIC TENTACLES enchaînent tube sur tube avec des intros déroutantes, déstabilisant les chanceux présents ce soir. En continuelle progression au milieu des galaxies, se jouant des comètes, OZRIC TENTACLES nous a finalement conduit au point zéro, celui du big band, celui de l'explosion originelle toute faite de blanc, purifiant nos sens au son d'une musique de plus en plus folle avant, avant.... le dur retour dans la réalité du XIXème s... mais en baroud final, en ultime dérapage cosmique, les OZRIC TENTACLES bombardèrent le VK Klub de milliards de photons. Heureux sont ceux qui ont réussi à en capturer, heureux sont ceux qui arrivèrent à planer sur la lumière, voyant entre deux éclats, une foule en transe et un photographe presque désespéré de ne pouvoir figer l'immensité de leur monde.

cliquer sur l'image - click on the pic












Frédéric Loridant
Décembre 2003

Frédéric Loridant ©2003