O.S.N.I. - GOMM

FATALS PICARDS - PIECE of SALAM - ABBIANS


Festival PAT-ROCK,

Bavay, le 18 septembre 2004

Un mètre carré ! Je suis dans un habitacle de voiture. Devant, une autre voiture est arrêtée, derrière aussi ; en face, ils roulent... Il est 18h45, le 3ème Pat-Rock commence dans 15mm. Devant, ça ne bouge toujous pas ; en face, ils lâchent les chevaux vapeurs... L'affiche s'annonce belle, j'ai le temps de la tourner et retourner dans tous les sens, au moins dans la limite de mon habitacle. Le dernier ASHTONES déverse ses décibels sans pour autant faire avancé ma bagnole plus vite. A Bavay, ils doivent commencer... GOMM et O.S.N.I. apparaissent en gras sur le fly. Suivent par ordre, les FATALS PICARDS, PIECE of SALAM et ABBIANS. Éclectique mais de qualité, ce festival s'annonce sous les meilleurs auspices. Je roule enfin, ASHTONES a laissé sa place à The GRAFT, la route paraît plus facile ; le beffroi de Bavay pointe enfin son doigt, il est 20h15.

Le site est bien choisi, au pied des remparts médiévaux, loin des éventuels râleurs. Le public a répondu à l'appel de l'équipe du Pat-Rock.* Le temps de garer la tire et me voilà dans la place. De la scène, j'entends gémir Wendy et Noémie ! C'est la fin du set d'O.S.N.I. ! Et moi qui m'attendait à un passage tardif. Enfer et damnation !

cliquer sur l'image - click on the pic



Tout commence donc par un changement de plateau. Séance signature pour les O.S.N.I. Les filles sont autant sollicités que les garçons et tous s'en donnent à cœur joie signant à même les tee shirts. La scène s'assombrit, prend une couleur Seigneur des Anneaux. Elle plonge dans des ambiances marron gris traversées de flash ou d'explosions rouge à jaune. Mystère et magie musicales sont au rendez vous et décontenancent sans doute un public jeune plus habitués à les BLINK SUM 182+41 qu'aux envolées sophistiquées et puissantes d'une musique puisant une inspiration certaine du côte du Rhin et des verts cottages anglais d'avant le premier choc pétrolier. Mais très vite, se faisant happer par la frappe hyptnotique de GOMM, on assiste à un véritable déchaînement dans le public où les slammeurs rivalisaient dans les figures... Et pourtant, on baigne dans un clair obscur qui pourrait sembler intimiste. Cet habile mélange de lumières et d'ombres permettant les contraste les plus osés, se fond dans la musique. GOMM surprend et rassure à la fois avec ses mélodies audacieuses. Du grand art, un grand concert commençant en allemand et se terminant sur une guitare floydienne. Quand le XXIème s., le kraurock et space psychédélique planant londonien s'unissent...

cliquer sur l'image - click on the pic



La lumière revient, le clair obscur GOMMien laisse place au rouge festif des FATALS PICARDS. Faisant dans une sorte de MARCELS plus ska avec un humour souvent digne d'un STTELLLA, les FATALS PICARDS jouaient en terrain conquis profitant en plus de l'ambiance survoltée, trace de GOMM (facile, ça aurait pu être du FATALS PICARDS) devant un public connaisseur qui pourtant ne réagissait pas toujours aux jeux de mots parfois subtils lancés de la scène. En réponse, certains spectateurs scandait des DIDIER SUPER et des On Va Tous Crever. Au final, un bon set bien relevé, ska à souhait pour ceux qui aiment et maintenant une surtension positive ; beau tremplin pour le groupe suivant, PIECE of SALAM.

cliquer sur l'image - click on the pic



La suite relève moins de ma partie. Avec PIECE of SALAM, on entre de plein pied dans le monde hip-hop, ragga et reggae. C'est pas trop mon truc mais ça se laisse écouter et regarder avec plaisir et sur scène. Ca bouge bien, les amateurs du genre en ont pris pleins les oreilles et les yeux, les autres en plus, ont du se surprendre à dandiner inconsciemment...

cliquer sur l'image - click on the pic



Enfin, tard dans la nuit, arrivent les ABBIANS et leur reggae sorti tout droit de la Jamaïque avec de sensibles références au maître BOB MARLEY. Malheureusement à cette heure avancée de la nuit, le public se fait plus rare, achevé par les groupes précédents qui ont réussi à maintenir une pression constante sans que les courts changements de scène aient permis une relâche. Maintenant, c'est Photorock qui fait relâche. Et c'est les oreilles pleines de rythmes "roots" que la cavalerie vapeur est lâchée, une centaine de bornes l'attende...Highway Star...

cliquer sur l'image - click on the pic



* : Le dimanche était consacré à la chanson française avec entre autres KINO et les BLAIREAUX



Frédéric Loridant
Septembre 2004

Frédéric Loridant ©2004