Retour à photorock.com

Contacts


Mr MARCAILLE - Les MEATLES - PIRATE LOVE


Lille,
la Chimère, le 15 mars 2009

Mr MARCAILLE, les MEATLES et les PIRATE LOVE. Un tiercé gagnant pour passer un bon dimanche soir. Tris noms, trois groupes fort différents. Le premier est mono membre, le second, un trio lensois et le dernier, un troupeau de rennes venus du grand nord, celui où il fait nuit 6 mois par an et cela a son importance.

Fidèle à mon habitude, j'arrive en retard mais j'ai une excuse. Mr MARCAILLE massacre les dernières mesures de son show chaos et se lance dans un rappel destructeur. Mr MARCAILLE seul sous les projecteur avec son bazooka sonique qui hurle, dégueule ses décibels meurtriers sous les coups d'archet du Maître. Ça vrombit comme une 12 cylindres en zone rouge, ça pète dans les oreilles, ça ramone les trompes et ce qui est derrière. En guise d'apéro sonique, Mr MARCAILLE décape comme un bon rouge qui tache, un 14° qu'on reprend avec plaisir.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Mr MARCAILLE Mr MARCAILLE Mr MARCAILLE Mr MARCAILLE

Une fille, deux garçons, on n'est pas dans les Valseuses mais devant les MEATLES, une triplette attifée comme des manches, gilet taille S sur gabarit XL, chemise et cravate aux couleurs incertaines et robe tendance hippy estampillée Tati. Un bassiste, un gratteux et la fille à la grosse caisse. Pour changer, je vais attaquer par ce qui pourrait aller mieux : il faut l'éclater la batterie et non pas la caresser en amoureuse ! Sinon pour le reste, on se mange un putain de garage qui vous gratte la raie, on flirte avec les WHO et on se prend un trois-zéro dans la tronche. Logique ils sont de Lens et ça m'évite de me fâcher avec certains et puis, dire qu'ils te refont la joconde en 3D à la bombe, ce n'est pas encore d'actualité).

Cliquer sur l'image - click on the pic

The MEATLES The MEATLES The MEATLES The MEATLES

Place aux lapons. Ces énergumènes viennent de Norvège, comme quoi, il n'y a pas que du death métal et comme ils n'ont pas la carrure des Vikings, ce sont forcément des lapons qui ont découvert l'électricité. En comme les PIRATE LOVE tiennent à leurs petites habitudes, ils ont, période hivernale oblige, joué dans le noir presque total. Bonjour les couleurs sur les photos, de l'instamatic du grand-père ! Pour pallier notre manque de vision nocturne, le chanteur était affublé d'un poncho blanc (un peu de soleil mexicain) et le gratteux, d'un habit de lutin, un de ceux qui accompagnent le père noël (à mon avis, il doit être finnois celui là), les autres étaient carrément cachés dans le noir. Heureusement que leur zique, un habile mélange explosif de punk rock américain (période seventies) et de danses lapones un peu à la HIVES saucées par un clavier parfois dark comme la nuit polaire, colle au corps comme du napalm. Sinon je me serai barré au bar voir si la webcam ne donnait pas une image plus nette, fuyant ce lieu sombre où tout était devenu possible avec ces trolls déchaînés. Et non je suis resté... D'ailleurs, le bar était quasi vide.

Cliquer sur l'image - click on the pic

PIRATE LOVE PIRATE LOVE PIRATE LOVE PIRATE LOVE


Frédéric Loridant / Photorock.com 2009