VEGASTAR et PLEYMO


L'Aéronef,
Lille, le 26 janvier 2004


Un millier de pré ados et d'ados avaient quitté leur playmobile pour venir se jeter à l'Aéronef où se produisait le chef de file du team Nowhere, PLEYMO. Pour leur ouvrir la route, VEGASTAR s'est fendu d'un set bien costaud sans fioriture ni faiblesse bien accueilli par le public qui pour une partie les avait déjà entendus. Le groupe s'amuse sur scène ; leur néo métal énergique accouplé à une voix puissante, entraîne un gratteux déjanté à s'éclater presque en permanence tandis que les autres passaient leur temps à le rejoindre dans ses délires, s'offrant parfois le luxe de narguer du haut de la scène une foule bruyante l'excitant de plus belle. Bémol désagréable, quasiment tout le show se déroula dans le noir presque total transformant, je le parie, les musiciens en silhouettes fantomatiques pour une bonne partie du public.

cliquer sur l'image - click on the pic



Le rideau tombe, VEGASTAR tire sa révérence et rejoint le cosmos. On s'agite sur la scène. La suite peut être lue dans un bon compte rendu écrit par Yann SEGERS dans la Voix du Nord, canard régional pourtant assez consensuel. En résumé, on a assisté à un concert de PLEYMO new style. L'ensemble du groupe arbore un look collégien anglais déjà testé par ANGUS YOUNG. Bien sage malgré un public complétement acquis à sa cause, PLEYMO attaque assez mollement avant de sortir l'artillerie lourde avec des titres de leur premier opus comme Blöhm prélude à la forte frappe donnée par Tout le monde se lève. Il n'en fallait pas plus pour déclencher dans le public des vagues de délires que des morceaux plus softs et convenus n'arrivèrent pas à calmer. Entre deux skeuds, Kemar armé d'un petit livre rouge, nous récite non pas des pens�es du grand timonier (qui dans la foule présente sait ce qu'il a représenté ?), mais des pages de Léo FERRET prophétisant les dangers de la TV et tout cela à cause de son cousin ou neveu qui a l'audace de regarder star ac ou pop star ! Citant à l'occasion les BxN, on aurait pu espérer face à cette jeunesse avide de savoir et de PLEYMO, un discours disons plus percutant ! Le Team Nowhere ne fut pas oublié et son évocation a été l'occasion de jouer des morceaux de WÜNJO, ENHANCER et AQME avant le grand chahut orchestré de main de maître sur United Nowhere. Le collectif semble toujours tenir, la tribu ne paraît donc pas trop souffrir de l'envolée de PLEYMO vers les cieux même s'ils sont plus calmes qu'auparavant, espérons qu'elle en profite tout en gardant son âme.

cliquer sur l'image - click on the pic




Fred Loridant
Janvier 2004

Fred Loridant ©2004