ASHTONES - ISSUE de SECOURS

AMIANTE et CARVING


festival Presto Punk
Saint-André, le 27 février 2004


L'air glacial arctique que nous envoient les scandinaves et les esquimaux n'a pas empêché les habitués des caves et petites autres salles aux plafonds bas, de sortir dans la ville pour rejoindre la MJC de Saint André où se déroulait les festival PRESTO PUNK* à l'affiche alléchante : ASHTONESISSUE de SECOURSAMIANTE et CARVING. Des quatre, seul ISSUE de SECOURS m'était inconnu, les ASHTONES avaient été vus deux semaines avant, les AMIANTE fin 2003 et CARVING quelques mois plutôt. Tous m'avaient marqué par leur musique et leur prestation scénique et les revoir sur une vraie scène avec de vrais spots et une grosse sono ne pouvait que me faire plaisir. Enfin des lumières...

La soirée s'ouvre avec les plus aguerris, des rockeurs qui roulent leur bosse, des piliers de cave et des amoureux du son brut : les ASHTONES. Les voir sur une grande scène qui brillait de mil feux était pour ma part une expérience nouvelle surtout avec une sono au top. Du ASHTONES sans défaut, pur comme l'eau d'une fontaine (pas Evian, c'est associé à QUEEN), on est loin des happening du CCL et de son bootleg mémorable ! La scène et la sono font sans doute beaucoup mais sans des ASHTONES en très grande forme, cette sortie aurait pu se terminer en couac Lille 2004 ! Eh bien, la forme était au rendez vous.

cliquer sur l'image - click on the pic



Gérard le chanteur était tout simplement gigantesque, focalisant les regards, faisant à lui seul une part du concert sans pour autant faire oublier les autres. Debout, à genoux ou allongé, on sent qu'il vit sa musique à fond, qu'il est un autre homme ou plutôt que ce n'est plus simplement un quidam, mais un vrai rockeur en phase avec les riffs de ses camarades. Derrière, Déborah et Olivier mettent en place ces trames rythmiques sur lesquelles les gratteux viennent plaquer leurs accords dont se joue le chanteur. Pour sûr, c'est du rock and roll, du RAMONES avec une french touch qui fait toute la différence et même le Jumping Jack Flash des STONES présente un intérêt autre que celui du simple tribute ! C'est tout dire.

La suite est plus rock and roll ou moins punk. Je comprends maintenant ce que les ISSUE de SECOURS veulent dire quand ils jouent dans l'interviewe de Presto, sur le punk rock et le rock punk ! Ils font sans doute dans le rock punk ! Les ISSUE de SECOURS sont quatre, un chanteur guitariste ou l'inverse, une basse, une autre gratte et la batterie mais tout le set est principalement centré sur le petit personnage central qui visiblement se donne entier au public alors que les autres sont plutôt statiques en dehors de l'évocation par le bassiste du pseudo conflit de génération évoqué dans l'interviewe. Eux se revendiquent jeunes et nous, on est chez les vieux cons, mais qu'ils se rassurent on le sait !

cliquer sur l'image - click on the pic



Musicalement, ça sonne rock, rock et rock à tendance ska**. C'est fort bien fait et le concert file rapidement sans que l'on s'en aperçoive en faisant vibrer une paire de vieux qui sans doute se retrouvaient dans leur boums de hard de leur jeunesse ! Je n'avais pas d'a priori sur le groupe, bien m'en prit ! ISSUE de SECOURS furent loin de m'avoir déplu ; je dirai même que j'ai été surpris de la qualité des compos qui sans révolutionner le genre, se laissent écouter sans peine même si les paroles n'ont pas percuté mon cerveau embrumé et pourtant elles sont audibles.

AMIANTE ce nom résonne comme un couperet pour ceux qui sont touchés ! AMIANTE quand il n'est pas roche, est un combo punk indus lillois formé par de véritables punks qui ont connus un certain nombre de galères mais aussi d'expériences positives avant de se lancer dans du rock toxique, punk dans l'esprit, indus dans le traitement. AMIANTE c'était deux chanteurs, Ludo et Fred, une bassiste, le Thomas des SCRAPS, un batteur, l'Olivier de The GRAFT et d'ASHTONES et un gratteux, Fred 666, qui gravite avec tout le monde en tant qu'ingénieur du son. AMIANTE c'était ! Car ce concert du PRESTO FESTIVAL, fut le premier concert d'AMIANTE sans Ludo, ce chanteur saxophoniste explosif, le premier concert avec Fred Cox seul aux commandes vocales. Le duo Fred/Ludo fonctionnait à merveille, Fred appréhendait un peu d'attaquer seul cette expérience nouvelle.


cliquer sur l'image - click on the pic



La force d'AMIANTE est sans conteste sa capacité à s'adapter à l'espace scénique. Plutôt habitué aux petites scènes, les AMIANTE ont montré que bien qu'amputé d'un chanteur, ils pouvaient sans problème relever le défi et tenir un set complet sans faute et sans temps mort pour les spectateurs. Très vite d'ailleurs, ils se sont pris au jeu de ces punk rockeux fous. Musicalement ce fut sans faille, tous les morceaux s'enchaînaient sans heurt, des plus célèbres comme Antropophageous Background (où ont ils été chercher un titre pareil ?) à des compos nouvelles. Les solos de grattes tombaient du ciel, la basse puissante alliée au faux calme d'Olivier donnaient à Fred Cox un espace musical où il avait parfaitement sa place de lead vocal bien accroché à son micro derrière lequel il pouvait toiser la foule, fier de débordements qui secouaient les pogoteurs. Cet essai mono-chant fut largement transformé et les AMIANTE ont prouvé au milieu de lights qu'ils étaient un putain de bon groupe de scène tenant le haut du pavé lillois. Ne manque plus qu'un CD pour distiller leur jus toxique dans les chaumières.

C'est aux CARVING que revenait le coup de cymbale final. CARVING armé de son chanteur sauteur est sans conteste un groupe de scène qui déménage bien. Musicalement, leur punk ska des origines se transforme peu à peu en un ska rock à tendance festif et s'éloigne assez fortement de l'agressivité énergique keupons de leur début. D'ailleurs, on assiste à un changement de public. Les cuirs noirs parfois surmontés de crêtes laissent place aux futales larges, aux baskets à logo et aux tee-shirts estampillés sans que cela arrête les pogos endiablés sur-activés par le diable noir de CARVING. Il se débrouille fort bien ce démon hurleur ! Il n'arrête pas de provoquer, d'aimer ou d'exciter le public qui lui rend fort bien. Il focalise l'attention ; on en oublierait presque les autres. De plus, le gratteux que j'ai connu sautant dans tous les sens, était malheureusement confiné dans un coin à l'abri des lights et malgré la taille de la scène, l'espace semblait étriqué quand tout le groupe était sur scène (surtout qu'il ramène des copains pour chanter). On n'est plus dans le monde d'ASHTONES ou d', c'est plus ska, plus festif, il y a une tendance MARCEL évidente, le punk des origines semble s'éloigner même s'il revient de temps à autres en première ligne le temps d'une chanson. La formule semble fonctionner, tant mieux pour eux.

cliquer sur l'image - click on the pic



Ce festival PRESTO PUNK fut sans conteste une réussite. Plus de 150 entrées, des litres de bières éclusés, une bonne ambiance mais surtout, c'est une reconnaissance pour des groupes dépassant largement la sphère régionale et qui n'ont pas l'habitude d'être programmés dans des grandes salles lilloises. C'est chose faite, que cela continue !

* Ce festival accompagne la sortie d'un PRESTO #2 Spécial Punk livré avec un CD contenant entre autres AMIANTE, ASHTONES, CARVING mais aussi CHARGE 69 et UK SUBS !
** C'est marrant mais quand on regarde sur le WEB, leur musique est tantôt ska-punk-rock, ska-punk, punk avec du ska et même reggae-ska-rock !

Frédéric Loridant
février 2004

Frédéric Loridant ©2004