Retour à photorock.com

Contacts

Mister JINGLE - RANDOM HAND

SONIC BOOM SIX

Lille,
La Chimère, le 27 septembre 2009

Ambiance néon à la Chimère, je ne sais pas si les anglais de RANDOM HAND et de SONIC BOOM SIX ont peur du noir ou du rouge, en tout cas, ça change des ambiances volcans, quoique pour la chaleur... Il s'en est dégagé. Tee shirts trempés, ambiance obao dans la forêt tropicale avec ces filles dont la peau est constellée de gouttes de sueur en attendant la douche salvatrice. Mais à la télé, il n'y a pas les odeurs... On s'habitue à tout... Quoique... J'ai eu un peu de peine avec les SONIC BOOM SIX, fort heureusement les RANDOM HAND avaient foutu un feu d'enfer allumé il est vrai par MISTER JINGLE et ses sbires. Quant à dire qu'il n'y a plus de rouge à la Chimère, pas dans la salle en tous cas, au bar, si !

Les MISTER JINGLE ne font pas dans la ritournelle publicitaire. Ils feraient plutôt fuir la ménagère de moins et de plus de 50ans. Ce n'est pas les va-et-vient du chanteur qui les feraient fuir, ni la fille plutôt rassurante à la basse, ni même le saxo propre sur lui, on ne peut pas faire de mal avec un sax. Peut-être le guitariste et le batteur, c'est bruyant ces engins chez les jeunes. Ce n'est pas non plus, le ska-punk-festif des MISTER JINGLE qu'écoutent leur progéniture vêtue en goéland. Il ne reste que le hardcore bruyant, ce truc à faire craquer les Noriega, à réveiller Derrick, à rendre impuissant les acteurs des feux de l'amour et à faire tourner la sauce blanche. Enfin, un groupe de d'jeuns qui même ska-tisant, quitte la galaxie GxP !

Cliquer sur l'image - click on the pic

Mister JINGLE Mister JINGLE Mister JINGLE Mister JINGLE

Toujours pas de rouge pour la suite, au contraire, on est happé sur scène par un échalas tout maigre, coupe militaire réglementaire, blanc comme un aspirine, bref un anglais mais pas roux. Quelle présence ! Surtout quand les autres derrière envoient la patate. La base des RANDOM HAND est sans conteste le ska, le vieux ska anglais, mais un ska teinté de hip hop, de punk, de hardcore collant qui au final donne un mélange explosif, l'échalas qui torse nu sert de réflecteur aux flashs, faisant office de mèche ! Moi qui m'attendais à un truc déjà entendu ou convenu, j'avais tout faux, la claque fut forte, j'en ai pris plein les yeux et les oreilles et moi (répétition égocentrique sans doute) qui est toujours un peu réticent aux trucs ska-tisants, j'ai eu ce soir une exception qui confirme ma règle.

Cliquer sur l'image - click on the pic

RANDOM HAND RANDOM HAND RANDOM HAND RANDOM HAND

Voilà les zéros de la soirée ! Non je n'ai pas un cheveu sur la langue, je n'ai pas écris héros... Soit, le terme est un peu fort, les SONIC BOOM SIX tiennent bien la route, surtout les zicos, des pointures. Une chanteuse et des bons derrière, ça me rappelle un groupe qui a eu son heure de gloire chez les ados... Sur le plan de la zique, les SONIC BOOM SIX balaient large mais balaient bien et entendre du rap sur des riffs ska de la mort est impressionnant. Pareil pour le passage éclair du chanteur des RANDOM HAND venu épauler la chanteuse, de la la balle, du tonnerre même. A part ces moments mémorables, le reste m'a beaucoup moins enthousiasmé, la chanteuse piaille presque et on l'entendait à peine (la sono sans doute), la plupart des morceaux restent convenus, bien dans les clous voire même formatés pour l'oreille d'une tranche d'âge bien précise, les 18-22 ans par exemple. C'est quand même toujours mieux que le SUPERBUS transportant les 14-18 ans. Tiens, si je ne me trompe pas, c'est bien une chanteuse et un bon groupe derrière !... Et je ne suis pas certain que la comparaison avec SONIC BOOM SIX s'arrête là. Au fait le rouge était revenu... pas au bar :)

Cliquer sur l'image - click on the pic

SONIC BOOM SIX SONIC BOOM SIX SONIC BOOM SIX SONIC BOOM SIX




Frédéric Loridant / Photorock.com 2009