retour à Photorock
Retour / Back

Les CO-TIZEURS - RANDY RASHERS

666 Wild Wild Club,
le 18 février 2006



Photorock au frigo ! Non ce n'est pas parce qu'il prend 8 jours de vacances, ni que c'est une denrée périssable souffrant des fortes chaleurs de ce mois de février mais bien parce que parfois, les caves ne sont plus enterrées mais bien protégées derrière des portes isolées, des murs de béton épais comme ceux d'un blockhaus et une isolation digne d'une pub pour une agence gouvernementale d'économie d'énergie ! Calfeutrez vous qu'ils disent ! Et pourquoi donc aller au frigo ? Juste parce que la rumeur courait que les CO-TIZEURS et RANDY RASHERS y prenaient le frais.

Rejoindre le frigo tiens presque du jeu de piste ; d'abord, repérer le panneau en papier détrempé 666 Wild Wild Club suivi d'une flèche pointant vers le sol ; surtout ne pas rater l'allée et oser s'aventurer jusqu'au bout. Pas de maison, juste des garages. Un côté zone qui ne rassure guère mais arrivé au bout, passé les portes massives et montré patte blanche à la supervideuse, nous voilà dans la place. A défaut de carcasses suspendues à des crochets de boucher, ce sont des boules de noël taille XXXL qui se balançaient au bout de leur accroches, il ne manquait que le père noël et des dépouilles de rennes. Dans la salle, les carcasses étaient bien vivantes et lentement mais sûrement elles s'imprégnaient lentement de jus divers à forte teneur en houblon à en devenir pou certains de vraies carbonnades. L'ambiance était déjà bien joyeuse et les CO-TIZEURS n'eurent aucune peine à lancer la fête.

Les CO-TIZEURS sont une formation à géométrie variable oscillant entre 3 et 4 selon la disponibilité de leur gratteux/saxophoniste fou aujourd'hui en train de danser le carnaval outre mer ! Donc 3 CO-TIZEURS au lieu de 4 qui, ma foi, s'en sont fort bien sortis en dehors d'une présence scénique quelque peu limitée faute à l'exiguïté de la scène et à l'absence de Gé sans doute en train d'enflammer d'autres planches. Toujours fidèles à leur street punk de la vraie rue, pas les beaux boulevards, les CO-TIZEURS se promènent sans peine entre des tranches de vie et des textes plus revendicatifs, les deux genres littéraires étant réunis sous la même bannière rock et ils montrent que ce n'est pas chez eux qu'il faut chercher des idées gnangnans.

Cliquer sur l'image - click on the pic

les CO-TIZEURS les CO-TIZEURS les CO-TIZEURS les CO-TIZEURS les CO-TIZEURS


Et ce n'est pas non plus du côté des RANDY RASHERS qu'on va trouver des BHL du punk. Ces trublions de Verviers, ancienne capitale de la laine avant de devenir un haut lieu du rock and roll avec le Spirit of 66, sont 6 !!! Soit l'équivalent du nombre de sardines dans une boîte modèle courant et la comparaison avec les sardines ne s'arrête d'ailleurs pas là, sur la scène, les RANDYS RASHERS étaient aussi serrés que que dans une conserve du Capitaine Cook. Ces diables ont la scène dans le sang (en plus des bières) et frappent fort dès le début avec un punk rock bien rapide et un chanteur striptiseur hurleur qui s'est heureusement arrêter au slip. Venant du pays des trois frontières, il va sans dire que leur influences sont multiples et étrangères mais dans leur skeuds on note une base blues rock poussée à l'extrême. Autant les NASHVILLE PUSSY ont gangrené AC/DC, autant les RANDY RASHERS poussent l'expérience NASHVILLE encore plus loin plongeant tout habillés ou presque dans le punk. Il ne s'agit pas de la gangrène d'hosto qu'on coupe, mais de la pourriture noble, celle qui ouvre de nouvelles perspectives au goût. Rien d'étonnant que Francis du Spirit ait eu des sueurs avec ces lascars lors du passage des NASHVILLE PUSSY. Il suffit de les vivre une fois sur scène pour comprendre que devant leurs mentors, il devait être difficile de contenir leur liesse !

Cliquer sur l'image - click on the pic

RANDY RASHERS RANDY RASHERS RANDY RASHERS RANDY RASHERS RANDY RASHERS

Frédéric Loridant / Photorock - février 2006

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur ! : Mozilla/Firefox -- Opera -- Safari !

Be free with Linux

Valid HTML 4.01 Transitional