Retour à photorock.com

Contacts


TEENAGE WASTELAND - STANDING the TEST
RUSH 'n ATTACK


Lille,
Le Détour, le 10 janvier 2009

La France caille, les sdf caillent, les vieux caillent, je me les pèle et je ne suis pas le seul. La Jeanne a enfilé au moins 2 collants et une culotte en pure laine vierge, la Clo a sorti son manteau long, une paire de bottes Mad Max la ferait plonger chez les goths. Oh my god... Il fallait en avoir envie de sortir un 10 janvier mais le premier concert de l'année, une affiche bruyante, ne se rate pas. Et 3 euros en échange d'un coup de tampon permettant d'accéder à la douce chaleur du bar, c'est presque donné. Que voulez vous, c'est la crise mais rassurez vous la déflation n'a pas encore refroidi les gicleurs de décibels que sont les RUSH' n ATTACK. Ces néerlandais en ont éjaculé un bon paquet dans une ambiance déjà hot suite aux beuglements des TEENAGE WESTELAND et des STANDING the TEST.

Les STANDING the TEST connaissent le froid, ils viennent de Dunkerque. Leur musique semble inspirée par la défaite de 40, hululement de guitares, batterie pilonnante mais hurlements du gratteux inaudibles faute au micro, cris silencieux compensés il est vrai par ceux du batteur. Les STANDING the TEST se cherchent encore. En dehors du gratteux barbu, sans doute castriste et du batteur, les autres sont plutôt figés, surveillant leur manche au lieu de l'astiquer avec vigueur. L'expérience manque sans doute un peu mais les giclettes soniques ont visiblement été appréciées.

Cliquer sur l'image - click on the pic

STANDING the TEST STANDING the TEST STANDING the TEST STANDING the TEST

Les TEENAGE WESTELAND ont dépassé le stade du mouchoir souillé planqué sous le lit. Leur hardcore ne fait pas dans la dentelle et le groupe emmené par le batteur balance bien ses projections de riffs et rugissements de plaisir. Le gratteux assure bien aussi, chaud dès les premiers accords, plus excité en tout cas que le bassiste plus enclin aux préliminaires, avant de se lancer véritablement dans le set ce qui provoqua des réactions d'un spectateur voulant à tout prix lui gratter la corde. A chacun son trip si le résultat est là ! Reste le chanteur qui n'a pas arrêté de venir se frotter au public, pire qu'un caniche devant un fut en velours côtelé ! Visiblement, ce fut apprécié, les TEENAGE WESTELAND ont bien quitté leur chambre.

Cliquer sur l'image - click on the pic

TEENAGE WESTELAND TEENAGE WESTELAND TEENAGE WESTELAND TEENAGE WESTELAND

On ne savait pas à quoi s'attendre pour la suite, divers bruits courraient sur ces RUSH' n ATTACK... ça déménage, on en savait pas beaucoup plus. Du GUN ADDICTION en plus speed m'assurait-on. La décharge fut brutale. On a dépassé largement le stade de la giclée. L'image des GUN était bonne, j'y rajouterais du AMIANTE et du A HELLA IS A GOOD BAND NAME pour ceux qui connaissent, en concentré et à fond les gamelles. Rien que du manche astiqué à dix mil tours de mains, des giclées d'énergie hautement concentrées enfantant des nuées de décibels absorbées avec plaisir. Des cellules souches revivifiante, du rock originel poussé à ses limites, des hooligans de la zique. RUSH' n ATTACK assouvissent leurs délires à coups de grattes et de cris vengeurs. On a eu chaud, très chaud, ce fut court, trop court, l'orgasme n'était pas loin... Une fois l'acte consommé, j'étais vidé mais prêt à affronter le froid qui m'attendait dehors.

Cliquer sur l'image - click on the pic

RUSH' n ATTACK RUSH' n ATTACK RUSH' n ATTACK RUSH' n ATTACK




Frédéric Loridant / Photorock.com 2009