Retour à photorock.com

Retour Contacts

PETULA CLARCK - The CRANK
SHEETAH et les WEÏSSMULLER

Tournai,
Le Water Moulin, le 12 mars 2011

Il n'est pas venu ! Pas de Tarzan au Water Moulin encore moins de Jane. Et pourtant SHEETAH et les WEÏSSMULLER étaient là ! Et pas tous seuls en plus, la célèbre PETULA CLARCK et les CRANK étaient aussi au générique et faisaient plus qu'office de figurants dans ce beau plateau. Et avec les 3 réunis, il y avait de quoi se faire un film.

Notre PETULA CLARCK n'a rien a voir avec la PETULA CLARK qui chantait Garde moi la dernière danse ou La dernière valse et sans aller jusqu'à reprendre Ya Ya Twist, la bande son était parfaire faire susciter le suspense avant l'arrivée du yéyé psyché rock and roll des potes à Tarzan. La PETULA CLARCK de ce soir est belge, pas seule, ni féminine et ne fait pas dans la ritournelle. Au contraire, ce sont deux mecs, un batteur et un guitariste chanteur qui balancent un rock garage énergétique, ultra rapide et hautement compressé. J'en ai vu qu’un court métrage et je regrette bien de m'être attardé au resto. Incroyable mais vrai, au Water Moulin, les horaires étaient presque respectés ce soir ! Damned !

Cliquer sur l'image - click on the pic

PETULA CLARCK PETULA CLARCK PETULA CLARCK PETULA CLARCK


La suite poursuivait les plans garage. Le cadrage sonore mené par les CRANK, vient cette fois-ci du sud, de Perpignan plus précisément (comme quoi il y autre chose que le navet HUSH PUPPIES). Même sans les avoir entendu, ils ne pouvaient pas être foncièrement mauvais, le clavier portait un tee-shirt estampillé SONIC CHICKEN 4 étant un gage de bon goût. Les CRANK placent la barre assez haut avec un garage bien bruyant, primitif même, s’appuyant sur un gros son de clavier bien chaleureux qui tranche sur la guitare hurlant sous les doigts d'un sosie de Jim MORRISON. La section rythmique n'avait rien à leur envier : pas de tee-shirt CHICKEN mais un gilet à plumes de perdrix (faisan ?) pour un bassiste bien sauvage tant physiquement que soniquement et un batteur un peu dandy qui n'a pas hésité à mouiller sa chemise blanche en percutant ses caisses. Malgré un son un peu trop fort qui noyait un peu leur rock and roll bien brut, les CRANK furent une bien belle surprise.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The CRANK The CRANK The CRANK The CRANK


Après ces épisodes garage, retour aux sources originelles avec SHEETAH et les WEÏSSMULLER qui font toujours dans leur proto-garage rock and roll yéyé et twist qui emballe. Le groupe est en pleine forme, le public un peu moins, les ouvreuses ayant remplacé le traditionnel esquimau par de la bibine dont les effets au bout de 3h00 non stop mettraient plus d’un Tarzan à terre. Pas grave, sur scène, c’est généreux. Jeux de jambes, gesticulations barnabesques, bassiste se prenant pour un singe et toujours ces monstres sortis d’un cerveau explosif, Hallucinations et surtout l'animal Contact qui fait sortir Barnabé de scène pour venir caresser des mollets féminins... Contact... ! On est en plein concert visuel fantastique. Il ne manquait plus que Tarzan pour compléter le tableau.

Cliquer sur l'image - click on the pic

SHEETAH et les WEÏSSMULLER SHEETAH et les WEÏSSMULLER SHEETAH et les WEÏSSMULLER SHEETAH et les WEÏSSMULLER



Frédéric Loridant / Photorock.com 2011

Valid HTML 4.01 Transitional