retour à Photorock
Retour / Back
KILL your TV - SILVER HAZE

Lille, La Rumeur, le 17 septembre


J'ai eu beau tourner et retourner les pages du TV Hebdo dans tous les sens pour voir ce qui avait pu retenir les gens ce samedi soir dans leur canapé et rien franchement en dehors d'un télé film sur la 3, ne me paraissait assez puissant pour les coller au canapé. Les grunge KILL your TV étaient donc bien un moyen de s'échapper à ce 17 septembre couleur gris rentrée des classes. Et en prime, en seconde partie de soirée après la pause pipi/bar, les SILVER HAZE, des esthètes allaient s'adonner aux plaisirs hédonistes d'un bon hard-rock un chouia assez crade pour évoquer un intérêt certain au moins chez moi.

Malgré ces pedigrees iso 9000 certifiés 100% rock bruyant hexagonal, la foule des grands jours se faisait rare. Dommage car les présents n'ont pas regretté d'avoir raté le divertissement TF1esque. KILL your TV est du local pure souche qui frappe un rock mâtiné de côte Ouest et Est ricaine. Pour l'Ouest, pas de mystère, KILL your TV n'a pas raté le train du grunge NIRVANien. Pour l'Est, il suffisait de lire sur les tee shirt, un estampillé SONIC YOUTH et l'autre, gravé PIXIES. Seattle, New-York et Boston... Et tout cela à Lille ! KILL your TV a du répondant et balance sec (même les grattes) ; ça sonne bien bien que leur zique soit trop facilement identifiable. Visuellement, on ne s'ennuie pas, et vu comment est traitée la guitare, j'espère qu'ils ont des prix pour réparer les grattes...

Cliquer sur l'image - click on the pic




La soirée tapait décidément dans le mirage américain. Après l'escapade rock/grunge de KILL your TV, SILVER HAZE nous envoyait un hard rock ricain bon teint absolument pas HAZE et encore moins argenté. Je suis même sûr que Green Haze leur siérait mieux... Les seventies sont là, du moins la seconde période, celle où des affreux en cuir, à moitié analphabètes et complètement shootés, les grands RAMONES ont décidé de donner un peu de speed et d'authentique à un hard rock qui s'enlisait dans la cellulite du virtuose et du mélodique à 2 balles, à en devenir obèse... De beaux solos, des putains de rythmes bien calés et des sons qui ravivent dans mon esprit mes premières boums. SILVER HAZE évite aussi les écueils du déjà trop entendu sauf à un moment où volontairement leur morceau commence comme un slow du genre celui qui tue, qui scotche à la sueur les couples que la fille soit d'accord ou non. Mais pas de souci (pour elle), passé la première minute langoureuse, tous les beaux plans dragues s'effondrent sous les coups des riffs hargneux qui redémarrent à fond, le hardeux se sentant obligé se secouer la tête délaisse forcément sa proie. Tout le set baigna dans cette ambiance hard-rock compte tours dans le rouge avec en plus un continuel soupçon d'un quelque chose qui tentait de s'échapper... Nous y voilà, les RAMONES sont passés par là et SILVER HAZE ne résiste à l'appel new-yorkais tout cuir. Leur dernier titre avait un quelque chose de furieux qui prenait aux tripes. A sa suite, il ne manquait à mon goût, que deux trois morceaux enchaînés et un Un Deux Trois Quatre (in french dans le texte, SILVER HAZE vient de l'Oise) pour les lancer.

Cliquer sur l'image - click on the pic


Septembre 2005

Frédéric Loridant / Photorock © 2005

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur ! : Mozilla/Firefox -- Opera -- Safari !

Be free with Linux