retour à Photorock
Retour / Back
Les CO-TIZEURS, RAMONE ET PEDRO C pas des RIGOLOS

Le Cinko

ISSUE DE SECOURS - SKARBONE 14

Lille, Le Biplan,
le 24 septembre


Samedi 24 septembre, je ne sais pas ce qu'il se passe à Lille mais les concerts pullulent... Et les téléporteurs ne sont pas encore en vitrine chez renault. Difficile donc de choisir et finalement la rue colbert, grande transversale lilloise fut choisie. A ses 2 extrémités, 2 troquets et 4 concerts. Les CO-TIZEURS et les RAMONE ET PEDRO C pas des RIGOLOS au Cinko et ISSUE de SECOURS suivi des SKARBONE 14 au Biplan.

Des CO-TIZEURS un peu inquiets battaient le pavé face à l'entrée du Cinko. Gégé, leur gratteux-saxo-chanteur, s'offraient à un autre public dans un autre groupe dans une autre ville et sans Gégé, les CO-TIZEURS allaient ils relever le défi ? Fin du premier épisode. Générique. Deuxième épisode. Les CO-TIZEURS, les potes et les autres s'entassent dans la cave. Par sécurité, c'est un fut de bière qui retient la batterie. Il est encore plein lorsque les premiers accords sonnent non pas le glas mais le début d'un excellent concert qui malgré l'absence de Gégé, gagna sa vitesse riff subsonique très rapidement. Rien à dire, un peu bref peut-être mais efficace.

Cliquer sur l'image - click on the pic




La suite tomba dans le rocky-funk-punk-truc-bazar burlesque avec une bande de clowns dotés d'un colosse noir annonçant les différents morceaux. Je n'ai pas tout suivi le concert de RAMONE ET PEDRO C pas des RIGOLOS, j'étais un peu à la bourre pour ne pas raté le Biplan mais les images parlent d'elles même... Un mélange de clown, des MARCELS du 6 2 et une franche rigolade avec un curé défroqué confondant goupillon et guitare, la banquette avec une chaire à prêche ! Et face à l'homme en soutane retroussé, un voluptueux guerrier noir camouflé dans des nippes de fille et présentant des panneaux à l'image des clapmen sur les plateaux de tournage. Entre ces deux extrêmes, le groupe proprement dit, un homme à poil, une prof d'école et des activistes soniques au fond... Je ne peux pas en dire plus, l'ISSUE de SECOURS me tendait les bras une rue plus loin.

Cliquer sur l'image - click on the pic



Gaz sur la transversale, une highway to hell freinée toutefois par un, deux et trois feux et voilà l'enseigne du Biplan auréolée d'un bruit sourd. A l'inverse des habitudes, l'ISSUE de SECOURS m'attira dans sa cave où trois excités du manche et un tailleur de baguette s'employaient joyeusement à déverser dans l'espace restreint des torrents de décibels sauce rock and roll french touch pure souche. Le noyau dur d'ISSUE de SECOURS s'est acoquiné avec un lead gratteux dont la tête est bien connue mais derrière des fûts (pas de bière, je précise). Ce n'est même pas une question à 10 balles tellement la réponse est simple. Le quatuor déménage bien, sonne autant TELEPHONE (premier et deuxième album) que STARSHOOTER ou surtout les SHERIFFS, bref ces années 80's avant qu'il n'y ait plus rien à écouter...


Cliquer sur l'image - click on the pic




Pas besoin de s'appeler Pierette Bress ou Elizabeth Teissier (de son vrai nom Germaine Hanselmann) pour deviner que SKARBONE 14 faisait dans du ska. C'est bien un genre musical que je connaît absolument pas même si je croise des skateurs de temps en temps (pas ceux de la planches à roulette, ceux avec des instruments et des cuivres ronflant) et le concert de SKARBONE 14, je l'avoue honteusement, ne m'apporta pas beaucoup plus que dans mes expériences précédentes, c'est du ska, c'est fort bien fait mais musicalement, je reste toujours en orbite, difficile pour moi d'atterrir sur cette planète musicale. En revanche SKARBONE 14 bien que son nom joue avec une méthode de datation archéologique n'a rien à voir avec une quelconque vieillerie impotente, les musicos gigotent dans tous les sens et communiquent leur bougeote très facilement. Résultat, difficile de s'extraire de la cave...à première vue, mais il ne suffisait que de suivre (des yeux, pas ds oreilles) les panneaux "issue de secours" pour retrouver la rue et le ronronnement des diesels... Je préfère quand même le ska.

Cliquer sur l'image - click on the pic


Septembre 2005

Frédéric Loridant / Photorock © 2005

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur ! : Mozilla/Firefox -- Opera -- Safari !

Be free with Linux