Retour à photorock.com

Retour Contacts

MARIA GORETTI QUARTET - STONE DEAD MATADOR
The TAÏKONAUTS

Lille,
Le Détour, le 12 juin 2010

Un fly avec une soucoupe volante, une mutante et une mouche à la Chicken, la soirée s'annonçait S.F sans doute pleine de pièges.... Le premier, les MARIA GORETTI QUARTET ne sont que 3 et Peggy le savait, elle n'en a rien dit ! Heureusement peut-être. Sinon les deux autres groupes, les STONE DEAD MATADOR et les TAÏKONAUTS qui surfent sur la musique, sont venu annoncer la fin prochaine de la coupe du monde (et ils n'avaient pas tord au moins pour les bleus) et du règne de sarko (tiens sa couleur est le bleu aussi), bref des humains tout court à quelques exceptions près, à savoir ceux qui étaient à la Rumeur ce 12 juin.

Peut-être se cachent-ils sous le faux quartet mais le vrai trio des MARIA GORETTI QUARTET, nom qui sonne jazz, sans doute un camouflage pour endormir les futures victimes avant de les noisyer... Néologisme qui veut tout dire, les MARIA GORETTI QUARTET font en effet dans une noise directement issue des années 90 et leurs tirs croisés font mouche. Pas de bruitiste facile, que des salves précises qui vous pilonnent sans répit et vous gavent d'énergie. L'explosion de la batterie sonna la fin des premières hostilités, ce fut intense, la sueur coulait à grosses gouttes sur mon front et mes oreilles en demandaient encore.

Cliquer sur l'image - click on the pic

MARIA GORETTI QUARTET MARIA GORETTI QUARTET MARIA GORETTI QUARTET MARIA GORETTI QUARTET


A l'origine, on devait croiser les MOOKILLS, mais coincés dans un vieux mouchoirs, ils n'ont pas réussi à se décoller des fibres poisseuses. A l'arrache, ce sont les STONE DEAD MATADOR qui les remplacèrent. Ce serait le ou l'un de leurs premiers concerts et ma foi, le MATADOR agite bien la muleta sur fond de Farfisa. Leur chiffon rouge, un surf riche en subtilités et plein de promesses pour le futur qui excite bien la bête avant de la terrasser. Mais pas encore de queue et d'oreilles faute d'un set assez long, ce sera pour la prochaine corrida.

Cliquer sur l'image - click on the pic

STONE DEAD MATADOR STONE DEAD MATADOR STONE DEAD MATADOR STONE DEAD MATADOR


Les chinois sont partout ! Non content d'avoir foutu une branlée à sarko et aux bleus, ils se sont glissés dans le symbole même de l'american way of life en insufflant insidieusement le nom de TAÏKONAUTS pour un quartet faisant dans une surf musique coincée entre Pulp Fiction et une invasion de homards de l'espace. Même Ed Wood n'aurait jamais imaginé que l'invasion serait le fait de taïkonauts... Le quatuor glisse dans un surf de haute volée avec des guitares cosmiques sur une section rythmique irradiante. On avait à faire à des TAÏKONAUTS sur-entraînés et face à eux, pas d'échappatoire même au bar où leurs riffs aliens venaient faire trembler la bière. On fut vite balayé par leur attaques soniques qui entraînèrent des soubresauts incontrôlés chez les terriens présents, transformant les plus atteints en zombies désarticulés ou en aspirateur à bière sous la coupe de Mon Incroyable Talent comme Juju. Terriens : 0 / TAÏKONAUTS : 1 ! Même score que le France/Chine ! Mais nous on en est ressorti content et on ne s'est pas pris 2-0 quelques temps après. Au contraire !

Cliquer sur l'image - click on the pic

The TAÏKONAUTS The TAÏKONAUTS The TAÏKONAUTS The TAÏKONAUTS



Frédéric Loridant / Photorock.com 2010

Valid HTML 4.01 Transitional