Retour à photorock.com

Contacts


SWAMP - The AMAZING The - Calvin RUSSELL

Lille, le Splendid, le 14 décembre 2007

The DEAD SEXY Inc.
Comines, le Nautilys, le 14 décembre 2007

CALVIN RUSSELL sur Photorock, ça vous en bouche un coin ! Bon, c'est un mythe portant une guitare, errant à travers les états du sud des US tout en propageant sans contrainte (à part les prisons) depuis bien longtemps son blues rock bien chaud. Ce n'est pas vraiment ma tasse de thé... En fait, j'étais au Splendid pour la première partie du vieux bluesman ricain, des petits jeunes affublés du nom The AMAZING The, qui en ont étonnés plus d'un aux concerts de Paris et de Strasbourg. Mais bon on ne m'avait pas dit qu'il y avait une première partie à la première partie, des SWAMP locaux. Et comme la soirée ne pouvait pas se finir sur un coup de blues, les DEAD SEXY INC. se sont chargés sans aucune peine, à recharger les batteries.

Les SWAMP ne cachent pas leur attirance pour le drapeau des sudistes et le rock qui va avec. Les zicos ne posent pas problème, ils connaissent leur affaire, c'est le rock sudiste qui me gonfle, trop de redite, trop de déjà entendu, on a l'impression qu'il n'y a plus rien à inventer dans le genre. Un truc parfait pour un public hurlant Alabamaaaa, à la moyenne d'âge, 2 prises de sang déjà à l'actif pour vérifier si la prostate fonctionne encore. C'est marrant d'être pour une fois, un jeunot !

Cliquer sur l'image - click on the pic

SWAMP SWAMP SWAMP SWAMP

Et en parlant de jeunots, voilà qu'arrivent les The AMAZING The. Moyenne d'âge 20 ans : Du parterre d'anciens sort un PLASTICINES... Il y en a au moins un qui a encore des ados à la maison. J'attends que le set démarre. Dès les premières mesures, la zone rouge est atteinte. The AMAZING The démarre fort puis... s'arrête. Durée 30' ! Glupps ! Il faut oser, irrespectueux ces jeunes, pas bon pour le coeur ces accélérations brusques suivies de freinage, roues bloquées pour reprendre avec un rock and roll bien glam, fruit d'une copulation entre les ricains des NEW YORK DOLLS, l'englische Marc BOLAN (T-REX) et The WHO... Sans pour autant tomber dans du sonne vieux, les petits jeunes ayant réussi à digérer le rock and roll punk en plus des disques de leurs vieux. Et comme ils n'aiment pas faire dans la demi mesure, les morceaux commencent sans crier gare et s'arrête brusquement. Les oreilles restent sur le qui vive constamment. Quant aux yeux, ils cherchent où ils les ont déjà vus !!!! Un gratteux, copie non ridée de Jimmy PAGE avec les poses, l'autre au look d'un BUZZCOCKS encore étudiant, le bassiste, le plus sage, en dandy, gendre presque idéal s'il ne faisait du rock and roll et un batteur, peu visible au delà des premiers rangs, au futale ultra moulant et au tee shirt plus anglais que ça tu meurs, ne différait d'un mods fan des WHO que par la tignasse et les All Star aux pieds ! Quand au chanteur, énervant, arrogant et fascinant, il en a c'est sûr et ce n'est pas de la frime ! Ils ne manquaient que des groupies vociférantes. Mais difficile vue la moyenne d'âge, dix ans de plus que moi au moins. Les pacemakers ont du se mettre en marche dans le public. Respect les The AMAZING The !

Cliquer sur l'image - click on the pic

The AMAZING The The AMAZING The The AMAZING The The AMAZING The

Et tout ça en 25mm seulement, moins d'une demi-heure passée à toute vitesse, le changement de plateau pour CALVIN RUSSELL m'a paru plus long. A l'inverse le concert du bluesman comanche ou plutôt ce que j'en ai vu, fut très court... Une chanson et demie, il semble à la hauteur du mythe... Quelques photos et vite à la bagnole pour retrouver de l'énergie brute.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Calvin RUSSELL Calvin RUSSELL Calvin RUSSELL Calvin RUSSELL

Vingt minutes plus tard, j'entrais dans la salle trop vide du Nautilys à Comines où un trio bombardé d'images vidéos s'éclatait sur un électro punk stupéfiant. Sur scène les DEAD SEXY INC, dans la salle, la bougeotte. Iconoclastes, blasphémateurs ! Ils n'hésitent pas à recuisiner des Good Save the Queen, des Ça Plane pour Moi ou des Born To Loose et le pire est que ça passe vachement bien, on en redemande surtout quand l'électro dans laquelle ils se vautrent avec volupté est carrément teintée de punk, pas un truc ultra speed, un punk à la The BRIEFS, un truc quasi universel qui reste gravé dans la tête comme un tag sur un wagon de banlieue, il faut frotter fort pour s'en débarrasser. Et c'est d'autant plus dur à s'en débarrasser que leur skud, plus studio (logique DC), fait le même effet. Ces kamikazes rock and roll font penser à PRAVDA sans loute, à JABBERWOCK (idem), à toute cette faune musicale qui ne se gène pas pour assaisonner des rythmes dansant qui prennent la tête et le corps à grandes lampées de riffs punks. I'm dead sexy..., Pas besoin d'aller faire vérifier ma prostate, j'ai la niaque.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The DEAD SEXY Inc. The DEAD SEXY Inc. The DEAD SEXY Inc. The DEAD SEXY Inc.




Frédéric Loridant / Photorock.com 2007