Retour à photorock.com

Contacts


HOLY RACKET - TEXAS TERY BOMB

The BRIEFS


Nijdrop,
Opwijk, le 19 octobre 2007

Nijdrop ? Kesako ? Mes seules infos reposaient sur un fly avec en grosses lettres rouges : The BRIEFS - TEXAS TERRY BOMB - HOLY RACKET et ENEMY ROSE. L'affiche est trop tentante, elle make trouble et aller voir du côté de la Flandre comment les keupons survivent était trop tentant. La surprise fut de taille, le lieu, le Nijdrop est tout bonnement incroyable. Une salle dans un vieux complexe d'entrepôts sans voisin, vaste et bien amménagée. Des salles comme cela, on en rêverait en France ! Sans omettre aussi une organisation irréprochable et un public respectueux. Et vu les groupes, la soirée s'annonçait prometteuse.

Pas de problème pour trouver le Nijdrop, c'est près de Bruxelles et on tombe dessus presque par hasard. Trop tard pour les ENEMY ROSE, les HOLY RACKET attaquaient. Les anglais ne se prennent pas pour l'église catho, du moins, ils n'en n'ont pas le look ! Pas de papy blanchâtre, juste un bassiste monté d'une belle crête, un gratteux chanteur bien nerveux, un lead guitar et un batteur qui font dans un pur punk rock anglais bien carré et bien énervé. On a là faire à de vieux routards de la scène conduisant leur concert d'un seul doigt. Aucune faute, imparable, explosif !

Cliquer sur l'image - click on the pic

HOLY RACKET HOLY RACKET HOLY RACKET HOLY RACKET HOLY RACKET

TEXAS TERRY BOMB colle à son surnom comme un belge à sa Jupiler (et elle coulait à flot). Son concert (avec d'ailleurs à la batterie, un kangourou des BUG GIRL) ne fut qu'énergie, un succession de décharges, de montée d'adrénaline, d'éclatement de rétines et d'oreilles. TEXAS TERRY BOMB maquillée comme une tire volée, court, se dandine, se frotte, vampe, on est subjugué, on tombe dans ses bras, on adhère... Le concert passa à la vitesse de l'éclair pour se terminer en un aboiement qu'IGGY POP, un TEXAS TERRY BOMB doté d'attributs virils, n'aurait pas renié !

Cliquer sur l'image - click on the pic

TEXAS TERRY BOMB TEXAS TERRY BOMB TEXAS TERRY BOMB TEXAS TERRY BOMB TEXAS TERRY BOMB

The BRIEFS, cette bande de sales gamins péroxidés ne s'emmerdent pas à faire des morceaux de ziques, ça sert à rien. Ils ne font que des tubes ! Un riff, un morceau et des refrains qui clouent sur place. Ces ricains foncent sans problème sur le chemin ouvert par les BUZZCOCKS plus de vingt ans auparavant. Et ça fonctionne, The BRIEFS ces orgues de Staline chargées de hits ont labouré la scène à grands coups de guitares qui tuent, balançant tous azimuts des trucs qui frappent au coeur des tripes (Killed by Ants...). Bref, les trois blondinets, maîtres es guitares à 3 accords et le batteur (brun celui là) nous ont explosé la tête et Jet Boy, Jet Girl en final, ce tube mutant entre Ça plane pour moi et les PISTOLS en laissa plus d'un à terre.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The BRIEF The BRIEF The BRIEF The BRIEF The BRIEF




Frédéric Loridant / Photorock.com 2007