Retour à photorock.com

Retour Partager

Anne-James CHATON + Guest
The EX

Lille,
L'Aéronef, le 28 novembre 2010

Concert à 18h00 à l'Aéronef avec The EX ! Il suivait un goûter concert pour enfants avec le même groupe. En guise d'apéro, Anne-James CHATON et un autre poète (qui s'est avéré être Charles Pennequin) déclamèrent, pour le repas et le dessert, les The EX nous ont nourris d'un concert électrique puisant largement dans leur dernier album. Et bien que peu de monde dans la salle le connaissait, moi le premier, l'adhésion fut immédiate. Un de leurs concerts les plus punk (mais peut on parler de punk avec eux) qu'il m'a été donné de voir.

Pas mal de monde a répondu à l'appel du 28 novembre. Un mec monte sur scène et commence à balancer des poèmes. Putain, il a changé le Anne-James CHATON, je le connaissais mince et brun et le voilà costaud et chauve... Impossible, c'est quelqu'un d'autre, impossible de savoir qui...* Au bout de 4 poèmes, Anne-James CHATON arrive et se lance dans ses Evénements. Des successions de banalités journalières, celles qui font notre vie de tous les jours, narrées de façon mécanique voire robotique sur rythme nerveux. Toujours surprenant mais jamais lassant, je me suis même surpris d'aller en réécouter sur son site... Et quand Andy Moore s'en mêle avec sa vieille Telecaster, le mariage est réussi et on sent que les The EX ne sont pas loin.

* : Il s'agissait de Charles Pennequin.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Anne-James CHATON Anne-James CHATON Anne-James CHATON Anne-James CHATON


Trois guitares, une batterie. Rien de violent, une marche tranquille en apparence, les The EX ont l’air timide quand ils arrivent sur scène, Arnold de Boer, le nouveau chanteur/guitariste depuis le départ de Sok, s’excusant même de me pas parler « bien le français ». Excellant dans un free-post-punk, les trois guitares en façade s’offrent un trialogue à 6 cordes auquel la batterie au jeu tout en finesse répond ou relance. Ils ont fait le choix d’émailler leur set-list de nouveaux morceaux tout droit sortis de Catch my Shoe (2010) qui renoue après les aventures éthiopiennes avec un retour aux sources. Les 18 cordes en façade s’emballent sans jamais tomber dans la bouillie sonore, les riffs peuvent se faire entêtants et obsédants, carrément aériens ou les deux à la fois. Et au beau milieu des grattes, une batterie délicate se mêle à cette fête. Deux trois morceaux venus d’ailleurs, d’Ethiopie et de Hongrie chantée par Katherina, rythmés par une cloche et soutenus par les 3 guitares, ont coloré l’ambiance électrique venue de leur dernier skeud ou des Dizzy Spells ou Turn pour ne citer que les plus récents. Andy et Terrie s’amusent toujours autant, combat d’accords, symbiose harmonique et surtout un troisième lascar s’est invité dans leur jeu étoffant plus encore leurs escapades sonores rythmées par Katherina. Après les épisodes world music, les The EX retrouvent, réinventent leur liberté post-punk en explorant les nouveaux horizons que procurent l’arrivée d’une 3ème guitare et d’un chant qui tranche avec le phrasé de Sok.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The EX The EX The EX The EX




Frédéric Loridant / Photorock.com 2010

Valid HTML 4.01 Transitional