retour à Photorock
Retour / Back


The EX presents an Ethiopian Music Night

avec

JIMMY MOHAMMED TRIO - GETATCHEW MEKURIA - The EX


Le Grand Mix,
Tourcoing, le 8 avril 2006



The EX ! C'est bien la cinquième fois que je les croise... Les concerts se suivent mais ne se ressemblent absolument pas. Nos hollandais soniques annonçaient la couleur, des teintes bien chaudes venues d'Afrique, d'Ethiopie plus particulièrement avec une formation déjà vue lors du The EX 's birthday l'année dernière au même endroit, le JIMMY MOHAMMED TRIO. Le Grand Mix ne demandait qu'à recevoir couleur et chaleur. Dehors, la froideur d'avril se faisait sentir, un peu de soleil ne pouvait que faire du bien. Mais avec The EX, on ne sait jamais à l'avance comment on va bronzer.

La salle est bien pleine et aucune tendance ne se décèle. Certains sont attirés par The EX et son anarcho rock and word punk décalé, d'autres par la Ethiopian Music Night annoncée sur le programme ou par la consonnance jazzy qui s'y accroche. Tout un monde éclectique se pressait et seul lien matériel entre tous, le bar. Le JIMMY MOHAMMED TRIO monte sur scène. Il se compose d'un percussionniste, d'un joueur de cithare/harpe éthiopienne et d'un chanteur aux yeux absents, aveugle de naissance qui focalise tous les regards. Il voit par sa voix qui joue avec les rythmes jazz/worl entraînant vite le public dans une bougeotte contagieuse. La lumière, des jaune-ocre parfois teintés de rouge, donne une dimension exotique, une atmosphère éthiopienne dans laquelle on imagine bien la reine de Sabat se déhancher au son de la harpe entraînée par la voix et les percussions qui lui font écho. Mais le JIMMY MOHAMMED TRIO a évité de tomber dans un folklore dont se repaissent les touristes en mal de voyage. JIMMY MOHAMMED TRIO donne non pas dans du traditionnel occidentalisé, mais dans une musique qui joue entre jazz world et rock avec notamment cette harpe magique d'où sortent parfois des riffs dignes d'une Fender. Curieux mélange, fascinante communion entre ancien et moderne... Il fallut bien que les rythmes fous se terminent mais dans des applaudissements qui en redemandaient encore... On était en plein dans l'Ethiopian Music Night !

Cliquer sur l'image - click on the pic

JIMMY MOHAMMED TRIO JIMMY MOHAMMED TRIO JIMMY MOHAMMED TRIO JIMMY MOHAMMED TRIO JIMMY MOHAMMED TRIO


Le world jazzy rythmé éthiopien se noit dans l'ocre. Jimmy semble nous jeter un dernier regard, visiblement heureux de l'effet produit par sa zique sur la salle. Une lumière plus blafarde nous ramène à la dure réalité du grand nord mais bon, ce n'est qu'un instant. la scène se remplit tout à coup. The EX au complet bien sûr plus 3 cuivres et un clarinette ! Dans quel monde vont-ils nous emmener ? j'ai connu les The EX punks ou plutôt post punk car ils sont à des années lumière des 3 accords 3 minutes chers à nos keupons. Je les ai vus accompagnés de poète, de gratteux et pas des moindres, de plein de personnes venues partager un boeuf avec eux sur des atmosphères folles brossées par des guitares hallucinées et des rythmes venus d'ailleurs. Mais les voir avec une section de cuivres aussi fournie, c'est une première pour moi. JIMMY MOHAMMED TRIO avait donné le ton, un fond jazzy sur une toile world avec quelques attaques franchement rock à la harpe éthiopienne. Et bien, on prend la même trame, on sature les couleurs avec du cuivre et on base le tout sur une communion se transformant parfois en un duel fraternel entre 2 guitares folles et une section basse batterie tout aussi cinglée. Cinglé, tel est le maître-mot de cette performance. The EX nous a fait plonger dans un jazz (?) aux rythmes africains flirtant ouvertement avec des guitares punks déchaînées. De grand art, un mariage impossible réussi, une fusion world-jazz-punk pleine d'énergie. Ce n'est pas racontable, il fallait vivre l'instant ; on était 600 à écarquiller les yeux et à ouvrir tout grand les cornets pour ne rien rater. Et pas de mise en avant des The EX, on avait même l'impression qu'ils se cachaient, qu'ils évitaient au moins pour les gratteux et le bassiste de se mettre dans le champ de vision principal des spectateurs laissant la place libre aux cuivres menés par GETATCHEW MEKURIA pour y déverser leurs sons chauds. Les deux derniers EX étaient sur le plan visuel tout aussi discrets : la batteuse se cachait derrière le trombone et le chanteur n'apparaissait que pour déclamer/chanter ses textes sans refrain. Ce fut une magnifique performance de ce groupe qui flirte toujours avec l'impossible et le pari fut totalement gagné, une nuit éthiopienne avait gagné Tourcoing. tout à coup il faisait moins froid dehors, une douce fraîcheur s'était installée, calmant mes coups de soleil.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The EX The EX The EX The EX The EX

Frédéric Loridant / Photorock - avril 2006

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur !
Préférez un navigateur libre comme Firefox / Mozilla - Opera - Camino (for Mac) ou un autre (Galeon, Epiphany, Amaya, Dillo...)

Be free with Linux

Valid HTML 4.01 Transitional