retour à Photorock
Retour / Back
WOMEN and CHILDREN - The KILLS

Tourcoing, le Grand Mix,

le 16 novembre 2005



L'heure est grave. On consomme trop, on consomme mal. L'Homme va finir noyé dans ses déchets. Dans toutes les solutions, une rapporte des sous à quelques uns, le RECYCLAGE. Oui pour rendre heureux quelques patrons, des actionnaires et toute une industrie qui tourne autour même s'il elle pollue plus, RECYCLONS ! Donnons une nouvelle vie à ces déchets. Mais tout ne se recycle pas. Papier, verre, plastique... la liste est finalement assez courte. Celle des déchets polluants est bien plus longue mais, à force de chercher, d'expérimenter de nouvelles méthodes, nos têtes pensantes arrivent à rajouter de nouveaux produits à la liste des recyclables. Jusqu'à présent la culture et en particulier la musique avaient quelque peu échappé à ces fausses deuxième vie malgré les tentatives d'Universal et consorts. Et bien maintenant, et le monde devrait s'en féliciter, la musique se recycle, c'est une trouvaille de rebelles indépendants, de laboratoires Inrock et Télérama, ce n'est pas cher et ça rapporte gros sauf pour ceux qui écoutent. La preuve en est avec le produit The KILLS (tm) qui démontra tout le savoir faire de nos savants ce 16 novembre 2005 au Grand Mix à Tourcoing.

Mais d'abord, avant d'assister au miracle, les WOMEN and CHILDREN durent faire patienter une foule assez nombreuse pour rendre difficile les tentatives d'approche du bar. Elle était d'ailleurs bien sympa cette foule, applaudissant à la fin de chacun des morceaux. Pourtant, WOMEN and CHILDREN ne casse pas vraiment la baraque. Dans mes souvenirs, j'ai l'impression d'avoir entendu une sorte de sous Kevin COYNE sans l'âme ni le génie. Seule la chanteuse et le batteur avaient l'air d'avoir intégré le concert, les deux gratteux semblaient être là un peu par hasard faisant correctement leur boulot mais sans plus. C'est dommage, plus de punch, plus de conviction aurait certainement permis à la majorité dans la salle de se souvenir du nom du groupe. Il ne s'appelle pas GUEST mais WOMEN and CHILDREN.

Cliquer sur l'image - click on the pic




22h15 les voilà enfin. Deux personnes, un homme, une femme et six guitares. La boîte à rythme se met en route, la guitare crache comme une 12.7, la femme chancelle, imite une shootée sans en avoir le regard brillant et les pupilles dilatées. 23H00, tout s'arrête, place aux rappels. Et entre les deux un long et même morceau avec comme unique variation, les copier/coller à la boîte à rythme de célèbres morceaux funky de la fin des seventies / début des eighties. Sur scène, le gratteux nous mitraille, la chanteuse nous regarde de haut secouant sa tignasse à défaut de faire autre chose. Le public semble amorphe et pourtant le funk même avec des guitares quasi punk, ça fait bouger ! Musique recyclée pour public lobotomisé ? Au contraire je pense qu'un grande partie a vu partir ses illusions en fumée, a découvert la supercherie : du recyclé bien fait certes mais absolument pas original ou créatif et surtout très superficiel. Il a encore ses capacités de jugement, le marketing ne l'a pas totalement recyclé. On est loin, très loin même des louanges lues dans le canard local le lendemain où il est écrit que les spectateurs "ont pris une telle décharge d'énergie brute qu'ils en resteront longtemps marqués". Article non signé sans doute écrit sous prozac par un journaleux sensible aux décharges formatées et recyclées. Ce ne n'était pas le cas de tout le monde ! A moins que l'on n'ait pas vu le même concert... Il paraît quand même que leur disque est bien dixit des fans très déçus de cette prestation live avec un petit "l" (voir le forum du site du Grand Mix).

Cliquer sur l'image - click on the pic



Frédéric Loridant / Photorock © novembre 2005

Mél / Mail : f.loridant@photorock.com

site NON optimisé pour IE, changez de navigateur ! : Mozilla/Firefox -- Opera -- Safari !

Be free with Linux