Retour à photorock.com

Contacts


BAM [dtg] from Lille
CAPTAIN KIRK from Liège
The MOCHINES from Cape Town


Lille,
Le Rêve d'Herbert, le 6 avril 2007

Welcome my soon, welcome to the machine ! Bon c'est du PINK FLOYD mais prononcé avec une bonne grosse patate chaude, un binge à frites par exemple, ça donne outre le BAM [dans ta gueule] car la patate est brulante, un "welcoooome my sooooon, welcoooome to THE MOCHINES" ; l'accent vient sans aucun doute de Cape Town tout comme les MOCHINES d'ailleurs. Et pour faire encore plus international, les BAM [dtg] from Lille ne dépareillaient pas avec l'accent australien en chair en rose et en os et les CAPTAIN KIRK étaient venus avec l'accent klingon-liégeois mais sans Enterprise. Bon, cette intro est un peu tirée par les cheveux mais elle est toute aussi crédible que le Rêve international d'Herbert qui ce soir accueillait des franco-français, des belgo-liégeois et des sud-africains. Bienvenue à l'hémisphère sud.

C'est à BAM[dtg] que revient l'honneur d'ouvrir cette conférence inter-hémisphères. Pas de morceau nouveau en vue mais un set bien rodé qui passe sans problème et échauffe vite les esprits et les corps. De plus, pour nous faire languir, Rose a annoncé une entrée prochaine en studio... encore quelque mois à attendre avant la sortie d'un skeud. Et ce concert laisse présager du meilleur, le trio fonctionne parfaitement et l'idée de Gé d'ajouter un peu de basses à la voix d'une Rose aux cheveux blancs ce soir, a accentué le côté "guttural" de son accent de Crocodile Dundee.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BAM [dtg] BAM [dtg] BAM [dtg] BAM [dtg] BAM [dtg]

Après les ébats soniques roses et blancs de BAM [dtg], place aux taureaux liègeois de CAPTAIN KIRK qui osent forcer l'avenir si l'on en croit le slogan* et finalement c'est assez logique avec un tel nom. CAPTAIN KIRK a navigué sans problème dans un rock and roll bien speed, ricain, balançant avec précision ses coups de phaseurs et ses torpilles à protons déclenchant les premières danses klingonnes ou vulcaines. Et impossible de se télé-transporter ailleurs, ordre du CAPTAIN KIRK, pas grave on n'en a pas eu envie.
* : comprennent ceux qui peuvent.

Cliquer sur l'image - click on the pic

CAPTAIN KIRK CAPTAIN KIRK CAPTAIN KIRK CAPTAIN KIRK CAPTAIN KIRK

Après un atterrissage plutôt difficile, les combats intersidéraux, ça use, voilà enfin les sud africains. On est loin de Johnny CLEGG, des zoulous et des boers tant sur le plan des tronches que de la zique. Pour la tronche, classons les dans les rockeurs à tête de rockeurs, pour la zique, pareil. On nage dans un rock hyper speed sans la lourdeur et le gras d'un PETER PAN SPEED ROCK remplacés par une teinte hard seventies assez marquée. Il n'en fallait pas tant pour lancer des sarabandes endiablées, le public retrouvant tout naturellement les sources des danses zouloues, pas celles de CLEGG mais ces danses qui préludèrent à la Bataille d'Isandhlwana. Encore une tuerie au Rêve d'Herbert et ça n'a rien eu d'un cauchemar.

Cliquer sur l'image - click on the pic

The MOCHINES The MOCHINES The MOCHINES The MOCHINES The MOCHINES




Frédéric Loridant / Photorock.com 2007