Retour à photorock.com

Contacts


The VIBRATORS

Le RIEN


Lillers,
L'Abattoir, le 29 novembre 2008

A chaque fois je me perds, c'est au bout du monde l'Abattoir, du moins de mon monde. Les concerts débutent à 22h00 dixit Laure. Vingt et une heure cinquante-neuf, j'y suis enfin. La petite sortie en solitaire commençait bien mais l'affiche valait le jus de viande : The VIBRATORS avec en première partie RIEN ou plutôt Le RIEN.
Allez, il est 22h00, the show must go on !

Et bien rien à 22h00, ni à 22h15, les RIEN n'arrivent sur scène qu'un peu plus tard. Juste pour moi le temps de voir que je ne connais pas un chien ou presque et surtout d'apprendre que Knox le chanteur-guitariste des VIBRATORS vient de faire une crise cardiaque (rassurez vous, il est toujours là, il en faudra plus pour l'envoyer de l'autre côté) mais que le groupe joue quand même avec un autre gratteux et qu'ils se démerdent pour assurer les chants. Pendant la parlote, les RIEN ont envahi la scène. Difficile de discourir sur rien car les RIEN m'ont fait plus penser à une bande de potes qui s'amusent à torturer les oreilles des adultes avec un punk qui tient la route comme un mec qui à 10 Duvel dans la tronche sur des paroles sans doute pleine de poésie mais difficilement compréhensibles. Et ce n'est pas les apartés entre les morceaux qui nous ont éclairés. De toutes façons, les RIEN ont martelé que leur but était de faire de la merde et c'est bien ce qui les sauve. Dans cette optique, continuez les RIEN, ça marche, la preuve, j'ai suivi tout le concert et ils ont même été applaudis bien que je soupçonne la présence d'une claque :) et d'un fan club féminin acquis à leur envolées lyriques.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Le RIEN Le RIEN Le RIEN Le RIEN

Voilà enfin le trio keupon qui peut revendiquer d'appartenir aux racines du mouvement. On sent d'emblée les routards de la scène. The VIBRATORS attaquent très fort. Le trio s'en sort fort bien au chant, (qu'est ce que cela doit être avec Knox) et la set list ne fut qu'une suite ininterrompue de tubes puisant dans les 32 ans de la vie du groupe : Baby Baby bien sûr, London Girls, Troops of Tomorrows, Judy Says.... Une vraie Pure Mania à nous rendre baba avec un double rappel dont un morceau de CLASH. Juste avant d'y aller, j'avais eu un échange épistolaire avec E.... de la B..., je me tâtais encore, sa réponse fut : "C'est de toute façon le genre de concert d'où l'on ressort avec une larme à l'oeil, où parce que c'est toujours aussi grand, où parce que c'est devenu pathétique... Seule certitude, il sont devenus vieux et moches....". Pour le pathétique, on a encore le temps, pour la larme, elle coulait et pour leurs gueules, ils tiennent encore bien la route au moins pour ceux qui frappaient les planches, pour Knox, je n'en sais rien mais à son retour, je serai dans la salle. Pas de blême, The VIBRATORS font encore vibrer. (sortie un peu facile, j'en conviens)

Cliquer sur l'image - click on the pic

The VIBRATORS The VIBRATORS The VIBRATORS The VIBRATORS




Frédéric Loridant / Photorock.com 2008