Retour à photorock.com

Contacts


Les MOOKILLS
EDDY TORNADO et ses SCANDALEUX
THREE WEEKS CLEAN


Lille,
Le Rêve d'Herbert, le 2 avril 2007

EDDY TORNADO et ses SCANDALEUX n'ont pas dérapé sur les c, c'est plutôt une des MOOKILLS qui a terrassé le Eddy ! L'accident aurait pu avoir lieu car on glissait sec (sic) sur le carrelage du Rêve d'Herbert à cause des quantités impressionnantes de bière éjectée des verres qui ont eu parfois la mauvaise idée de s'exploser la tronche à terre. Et ce ne furent pas les seuls à s'éclater. En premier, les MOOKILLS se sont chargés non pas de moucher les enrhumés mais de faire pleurer les puristes, en second, un EDDY en noir (le blanc lui va vachement mieux) et ses SCANDALEUX ont fait scandale en interrompant leur concert pour une corde de gratte et c'est là qu'interviennent les THREE WEEKS CLEAN, le gratteux prêtant sa guitare. Comble de l'horreur, c'était une yamaha ! Comment des rockers peuvent-ils abandonner les harleys ? (vanne à Schnapps). Et ils se cachaient les THREE WEEKS CLEAN avant cet épisode. Mais une fois débusqués, ces lascars ont déclenché un véritable enfer même avec une yamaha.

Tout est dit ou presque dans cette longue intro. En 1, les MOOKILLS, en 2, EDDY et en 3, les THREE WEEKS CLEAN. Les MOOKILLS, la crème des punks disait le fly promo, est un conglomérat de figures internationales avec à la basse, la grande Michelle-Ann Dix-MOOKILL en personne, à la guitare, Scotch-MOOKILL des GUN ADDICTION / SICK LIVERS, au chant Vincent MOOKILL des SICK LIVERS et et aux fûts, Francky-MOOKILL des SICK LIVERS aussi. Une telle association ne pouvait qu'aboutir à un rock and roll massacre digne d'une mauvaise répet, un chaos total dans lequel il fut bon de se plonger. Bref un truc à réveiller les morts et à se faire retourner Dee Dee RAMONES et ses compères dans leur tombe. Dans le monde des vivants, le message est passé, l'énergie aussi et EDDY TORNADO et ses SCANDALEUX auraient fort à faire pour assurer la suite.

Cliquer sur l'image - click on the pic

Les MOOKILLS Les MOOKILLS Les MOOKILLS Les MOOKILLS Les MOOKILLS

Disons le tout de suite, n'ayant pas peur des mots, ne faisons pas l'autruche, osons... une corde rebelle a pris un malin plaisir à se casser... Salope ! Et pas moyen de réparer. Ça a malheureusement, 3 morceaux avant le fin du concert, refroidit un peu l'ambiance sans pour autant donner un coup de clim ! Et pourtant, ils ont tout fait pour moucher les MOOKILLS... Même Chris le seul qui fait de l'ombre à Travolta sous speed, s'était mis à croiser des genoux, prémice à un twist d'enfer et il a pourtant juré que ce soir, c'était relâche. Avant ou après ces quelques pas, on a eu droit à un Eddy terrassé par une Michelle-Ann Dix-Mookill qui avait entrepris de vérifier s'il un kangourou ou un caleçon. Et c'est là que l'on a pu voir toute la souplesse d'Eddy pour se tortiller comme une anguille pour s'échapper aux mains expertes de qui vous savez. Le spectacle est à la hauteur de la réputation d'EDDY TORNADO et de ses SCANDALEUX. Et ça aurait pu continuer, la corde casse, le changement traîne avant de s'avérer impossible... Moralité : les temps morts servant à boire des bières et étant donné qu'il est difficile pour certains de quitter le bar, prévoir une deuxième guitare !

Cliquer sur l'image - click on the pic

EDDY TORNADO ET SES SCANDALEUX EDDY TORNADO ET SES SCANDALEUX EDDY TORNADO ET SES SCANDALEUX EDDY TORNADO ET SES SCANDALEUX EDDY TORNADO ET SES SCANDALEUX

La soirée aurait pu s'éteindre tout doucement mais c'était sans compter les THREE WEEKS CLEAN et leur Drunk n' Dirty Rock n' Roll from San Fransisco se réclamant des NEW YORK DOLLS, des STONES et d'ALICE COOPER modernisés avec des Oh Yeah et des Common à tous les couplets. Et quand c'est bien fait, le bar se vide et c'est ce qui est arrivé... Un vrai tremblement de terre, logique vu qu'ils viennent de San Francisco d'après ce qu'on dit, un mur de sons, une bassiste déchaînée venant exciter le public, un chanteur chapeauté faisant de même, un gratteux, look seventies hard rockeux et l'autre, plutôt hardcorien survolté et un batteur à la hauteur de ses compères. Pas de doute la scène ricaine a de quoi surprendre et séduire et je serais bien reparti avec un skeud pour me remettre les idées en place, les tomahawks qu'ils avaient envoyé avaient foutu un sacré bordel dans mes neurones...

Cliquer sur l'image - click on the pic

THREE WEEKS CLEAN THREE WEEKS CLEAN THREE WEEKS CLEAN THREE WEEKS CLEAN THREE WEEKS CLEAN




Frédéric Loridant / Photorock.com 2007