HARMFUL - UNSANE

le Grand Mix, Tourcoing
le 01 décembre 2003


Bien conseillé, j'étais présent au Grand Mix ce premier lundi de décembre pour UNSANE, HARMFUL. Je n'avais qu'une vague idée sur la musique de ces félés ; je devinais qu'ils faisaient dans un rock soutenu mais de là à lépicer autant, c'est osé et c'est bon, bon, bon...

HARMFUL est un trio allemand qui propose un métal surpuissant de la trempe des dérangés PETER PAN SPEED ROCK qui font sauter les bouchons de cérumen même les mieux ancrés. Pas un instant de répit, ça pulse en continue et pas du 72bpm, ça dépasse allégrement les limitations de vitesse à en faire flipper les sarko-radars. Avec HARMFUL, on dépasse les frontières du métal, le chant et la gratte se noient dans les furieux rythmes dégorgés par une basse furieuse et une batterie boxée sans discontinuer.... On approche des frontières qui séparent le supportable de l'insupportable mais.... trêve au bar.

cliquer sur l'image - click on the pic



Venant de NYC, les UNSANE arrivent. Avec un look plutôt skateur pas trop branché, le trio (encore) arrive les mains pleines, bières jus d'orange à haut degré d'alcool et épanche sa soif sans réserve. Et tout explose, on a franchi les frontières, on est dans un monde d'ultra tout, fruit d'une copulation contre nature, inimaginable, entre la finesse de MOTORHEAD, les grattes saturées des keupons, les déconstructions soniques de PRIMUS et la sauvagerie de MONSTER MAGNET. Pas besoin de décrire, impossible, cela ne peut que se vivre. Les amplis crachent de tous leurs transistors des salves de roquettes, les membranes des HP gémissent d'extases, explosant une nouvelle fois un hymen renaissant après le passage des fades New Yorkais de White Hassle ou d'Elyseans Fields vus au même endroit quelques temps plutôt et présentés dans la presse nationale comme appartenant au renouveau de la scène New Yorkaise. Et malgré la tempête, ces tourments sans fin, cette destruction sauvage des normes musicales, UNSANE tient la route, gagne la bataille et son après (ça change !). C'est fou, on se prend des vagues d'ondes destructrices et on fait tout pour résister, se chargeant de cette sur énergie salvatrice dans ce monde de conformisme. Ca passe ou ça casse, certains se sont enfuis, beaucoup sont restés. Et pour eux, CHRIS SPENCER, le guitariste punk hurleur, VINNY SIGNORELLI, le brutal batteur cogneur et DAVE CURRAN, le bassiste tomahawk, ont donné le meilleur d'eux-mêmes et aussi leur jus d'orange sur vitaminé à des connaisseurs déshydratés. Hardcore, Noise Music, Punk Mètal, quelque soit l'appellation, UNSANE, c'est du tout bon, bon, bon... mais à réserver aux esthètes qui cherchent à sortir de la soupe où l'on tente de nous noyer.

cliquer sur l'image - click on the pic




Fred Loridant
Décembre 2003

Fred Loridant ©2003