VIOLON PROFOND

Le Feu Follet/Park Inn

Lille, le 5 janvier 2005


VIOLON PROFOND ? L'expression est au singulier et suppose au moins un VIOLON. Pour le PROFOND on a été servi, mais du PROFOND british, du DEEP PURPLE mouliné par les faustiens Tony VIOLON et Jerry PROFOND. La voilà l'origine des VIOLON PROFOND, ! Juste deux noms prédestinés, un pacte satanique avec le hard rock et en guise de VIOLON, un VIOLONcelle tenu par Tony avec à ses côtés, Jerry doté d'un appendice microphonique. Pour l'occasion, nos 2 VIOLON PROFOND étaient sur leur 31. Avec leur queue de pie (non repassée), les pompes classes (non cirées), ils formaient un beau couple look un peu mafiosi déguisés en musiciens "caponniens" à l'air méchant, cachant dans leur matos de quoi faire trembler Occident et Vatican : le BOUC, ce grimoire mythique qui renferme les uniques partitions des poncifs du hard rock pour voix et VIOLONcelle. Après l'expérience vécue dans un Feu Follet (comme par hasard) délocalisé au Park Inn, s'il y en avait 666, cela n'aurait rien eu d'étonnant.

Rien ne prédestinait Tony et Jerry à devenir des grands prêtres du devil hard rock qui corrompt notre jeunesse. Ces brillants élèves du conservatoire des beaux quartiers de Lille, ces chéris des bourgeoises, à force de fouiner dans le grenier ont découvert le BOUC, manuscrit à l'encre couleur sang. Dès les premiers déchiffrements des notes rouges, tous deux furent aspirés par le côté obscur de la musique, plongèrent micro et VIOLONcelle en avant dans le monde diabolique du hard-rock. Depuis, plus forts que les pères blancs en Afrique, ces anges noirs distillent leur venin à un public souvent peu armé face à leurs attaques démoniaques. Et ce soir, ce fut sans peine que ces terroristes corrompirent des innocents à leur religion. Attaquant par un Antisocial, ils embrayèrent sur un Smoke on the Water francisé relatant leur méfaits et leurs attaques contre ZAPPA (difficile de trouver mieux comme proie), suivi d'une chevauchée fantastique sur les autoroutes de l'enfer dopé au 380 volt avant de tout faire exploser au TNT. Un Je t'Aime Encore en hommage au hard rock BCBG des SCORPIONS servit d'appât pour faire venir aux abords de leur autel, leurs futures prêteresses. Et elles tombèrent dans le piège... belles comme des offrandes à quelques divinités infernales. Désarticulés par les riffs imparables du VIOLONcelle, envoûtés par une voix venue d'ailleurs, les spectateurs entraient dans des danses de saint Guy incontrôlables. Et à partir de là, tout s'accélèra, Tony VIOLON prit d'une frénésie meurtrière massacra son collègue à coups de VIOLONcelle. Mais c'était sans compter la bienveillance des démons du hard rock, Jerry ressuscita devant les fidèles médusés. Ce parcours initiatique jalonné d'épreuves épuisantes prit fin en enfer avec un emprunt aux REPRISE de TÊTE, des complices tout aussi dangereux pour toute personne bien équilibrée... Jean Paul Ski t'as du boulot en perspective...

cliquer sur l'image - click on pic



















Janvier 2005

Frédéric Loridant ©2005