Retour à photorock.com

Retour Contacts

IRON FIST
ATOMIC ROAR
WHIPSTRIKER

Lille,
La Chimère, le 02 février 2011

On avait mis les tee-shirts pour la circonstance : Larshuma arborait un magnifique ZOE et moi un NASHVILLE PUSSY quasi-religieux. Le hic est qu'on ne se trouvait pas au Grand Mix et qu'à défaut de voir la ZOE et les rockeuses des NASHVILLE, on avait en face de nous une majorité de brésiliens avec un zeste d'américains et un soupçon de vietnamien. Juju toujours dans ses bons plans crust avait dégoté les IRON FIST, les ATOMIC ROAR et les WHIPSTRIKER mais pas le public qui allait avec et le Juju m'a chargé d'écrire que ceux qui étaient à Tourcoing étaient une bande de "P... (censuré) ...e". Bref à défaut de voir des lolos, on s'est consolé avec la Chouffe sur fond de rock and roll bien gras et bien chaud.

Les seuls lolos visibles étaient gravés sur le bras du bassiste du 1er groupe, les ricains d'IRON FIST qui s'est aussi être avéré être le chanteur du 3ème... A la gratte, Rambito (ou Rambino, c'est selon), surnom donné par ses potes à un rejeton de Stallone et d'une viet rencontrée dans Rambo II. Du moins c'est une hypothèse qui peut se tenir en le voyant s'agiter derrière son micro tout en massacrant sa gratte. A la batterie, le dernier ricain, pas le type white power, mais sec et bien nerveux. Musicalement, on est dans la bande son des aventures de John Rambo, ça déménage sec sans trop faire dans la finesse, même pas du tout, une sorte de MOTORHEAD pas encore entièrement digéré craché par un trio armé de riot gun et addict à la Chouffe.

Cliquer sur l'image - click on the pic

IRON FIST IRON FIST IRON FIST IRON FIST


Des bas-fonds de Los Angeles, on passe direct aux favelas de Copacabana et d'Ipanema. Mais je doute que la zique des ATOMIC ROAR soit crachée par les ipod des brésiliennes bonnets 95 b (taille réglementaire au Brésil paraît-il). On fait encore dans une base MOTORHEAD, le gras est là, mais du bon gras, pas de celui qui se transforme en sérumen. On est toujours dans la formule du trio, basse bien collante qui fait le spectacle avec un batteur sur dopé ne tombant pas dans le bourrin métalleux et une guitare bien ciselée portée par un gratteux un peu moins expansif et bien entendu, la Chouffe reste le cri de ralliement. D'ailleurs avec "merci" (quand les plateaux arrivaient), c'était le seul mot de français bien prononcé ou presque... Juju, oune Chouffe...Chouffe is good....

Cliquer sur l'image - click on the pic

ATOMIC ROAR ATOMIC ROAR ATOMIC ROAR ATOMIC ROAR


Pas besoin de changer de line-up, il suffit de prendre le bassiste des IRON FIST et de lui coller un micro dans les mains et de garder les ATOMIC ROAR pour former les WHIPSTRIKER ! Avec ce mélange de MOTORHEAD graisseux, de MOTORHEAD gras et de Chouffe, on s'attendait à retrouver du MOTORHEAD bien moussant, eh bien oui ! Les WHIPSTRIKER font tout logiquement dans un métal bien punk couleur MOTORHEAD année 80 toujours sur fond de Chouffe bien que chez nos amis brésiliens, certains de ses effets ont commencé à se faire ressentir... On n'était pas nombreux à les voir et les entendre mais ils ont sans doute autant donné que les NASHVILLE (voir plus). Ils risquent de se souvenir de leur passage à Lille avec comme guide, un Juju aussi chouffé qu'eux et une nuit qui ne faisait que commencer...

Cliquer sur l'image - click on the pic

WHIPSTRIKER WHIPSTRIKER WHIPSTRIKER WHIPSTRIKER



Frédéric Loridant / Photorock.com 2011

Valid HTML 4.01 Transitional