Photorock

WÜNJO


NOXIOUS MIND et
SELF REFLEXION


Froidmont (Belgique), le 05 septembre 2003

Néo vous avez dit Néo ? Et bien pour en voir en ces premiers jours de septembre, il fallait aller vers l'étranger, en Belgique, dans un petit village répondant au nom de Froidmont près de Tournai. Pour le trouver, sans carte, ce n'était pas évident mais au contraire pour découvrir la salle, pas de problème, c'était un vaste chapiteau sur la place du village au pied de l'église et bien sûr contre d'un troquet. Bien que loin de tout, le public a répondu en masse. Certes, il était jeune et pour la plupart, les parents assuraient le transport, mais il était là malgré une promotion assez confidentielle et un affiche pleine de mystères. Le seul groupe de taille était WÜNJO du collectif Nowhere (AQME and co), les autres, SELF REFLXION et NOXIOUS MIND, appartenaient au paysage local.



SELF REFLEXION

Le démarrage fut épique et tardif, le disjoncteur sautant au gré de ses humeurs ou de certains lights récalcitrants mais SELF REFLEXION peut attaquer après qu'une formation locale eût chauffé la salle avec trois morceaux. SELF REFLEXION fait dans un néo plutôt musclé et death dans le chant ; certains qualifient cela de hardcore terme sans doute mal choisi pour ses consonances porno et des meufs à poil qui collent au concept. Pas de doute, ça déménage même si en tant qu'esthète :-), j'eusse aimé ouïr (re esthète) plus de variations dans les compos, sommes toutes assez linéaires. Mais leur jeu de scène et les harponnages du public transformèrent rapidement le front de scène en pogo hardcore (toujours sans femme à poil) presque violent.



Self Reflexion

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Self Reflexion



NOXIOUS MIND

Avec NOXIOUS MIND, le groupe tournaisien montant, on passe à quelque chose de plus construit, de moins brutal et plus métal. De plus, s'éclatant devant un public déjà conquis par avance. NOXIOUS MIND n'a pas eu de difficulté à enflammer la salle et du côté de la scène hormis l'espace réservé aux pantins déglingués branchés sur du 380v, on était serré comme des clopes dans un paquet neuf. NOXIOUS MIND fait partie de toute cette mouvante néo tendance métal qui ne s'interdit pas des digressions Hip Hop voire des passages connotés funk s'appuyant sur une section rythmique bien lourde et hachée. Je les verrai bien s'éclater avec des groupes comme ACE OUT, leur voisin lillois, qui font dans le même esprit fusionnel.



Noxious

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

Noxious




WÜNJO

Le milieu de la nuit arrive, place au team Nowhere et l'un de ses actifs représentants en la personne de WÜNJO, nom barbare tiré des runes bohèmes. Avec ces néo fêlés, on passe à la vitesse supérieure... On sent les expériences multiples dès les trois premiers accords durant lesquels les musicos se roulaient à terre. Un chanteur, 2 grattes et une batterie, cela suffit amplement à occuper la grande scène dont le sol devait être chauffé à blanc obligeant les WÜNJO a continuellement sauter dans tous les sens pour éviter la souffrance. Par vengeance, ils n'arrêtèrent pas de nous envoyer des EXOCETs tous plus meurtriers les uns que les autres et les paniques dans la salle se transformaient pogos effrénés. Le bal des ardents version métal ! Musicalement, vous l'avez sans doute deviné, c'est puissant, c'est de la trempe des Pleymo and co sans tomber dans un métal de producteur à la LINKIN PARK tout lisse, agréable à l'écoute mais ne scotchant pas sur place. Au contraire, WÜNJO fait trembler les plus rétifs ou fait fuir les plus obtus mais ne laisse pas indifférent. Plus d'un est resté collé au mur ou plutôt à la toile du chapiteau, plus d'un(e) a glissé sur des bras tendus et sur le bar les bières éventées, moussaient à nouveaux. Pas de doute, avec WÜNJO et ses frères du team Nowhere, on assiste à une renaissance du rock.



WÜNJO

Cliquer sur l'image pour accéder à la galerie

WÜNJO




Frédéric Loridant
septembre 2003
fred@photorock.com