Retour à photorock.com

Contacts


DEAD RATS - BAM [dtg]
TOXIC WASTE
ZEU DISCOMOBILE - CARVING


Arras,
festival Maroc and Roll, le 10 février 2007


"Il faut remercier les petits marocains de ne pas avoir d'école car ça nous permet de faire des concerts" a lancé en préambule à son concert un certain Didier Super, leadvocal et leadguitar de la formation qui carbure à la variété française sans payer de taxe: les ZEU DISCOMOBILE. Il n'étaient pas seuls à ce festival humanitaire : les NYMPHETTES, les DEAD RATS, BAM [dtg], TOXIC WASTE et CARVING donnaient aussi de leur personne. Et face à cette brochette d'ONG d'un soir sans 4x4, un Atelier blindé d'ados et de post-ados, un lieu un peu magique, camouflé dans un cube de béton perdu dans un pâté de maison jouxtant les places d'Arras avec en prime à l'intérieur, de charmantes jeunes filles au lieu des traditionnels balaizes de la sécu.

La Gypsie rose avait parlé : BAM [dtg] joue à 20h00 ! Et à l'heure dite, je garais ma bagnole au pied des façades aux pignons à pas de moineaux, cherchais la rue de la batterie (ça ne s'invente pas), sorte de couloir barré par un échafaudage... Ca commence bien. Ne me sentant pas montagnard bien que je sois dans la ville natale de Robespierre, je fais le grand tour et bien sûr, je suis en retard. L'Atelier se trouve au centre d'un pâté de maison aux rues étroites et tortueuses dans un bâtiment apparemment récent. Après avoir gravi un étage, donné mon obole pour les écoles, me voilà dans la salle tout en béton avec un bar d'un côté, la scène de l'autre avec des NYMPHETTES qui s'agitent dessus tout en excitant les kids qui leurs font face. Visiblement, pour ne pas déroger à la règle, il y a du retard... Un saut en backstage permet de retrouver du beau monde, une vraie fête de famille, ambiance presque hippie avec guitare sèche et des fauteuils bien profonds qui m'ont empêché de redescendre avant l'arrivée des DEAD RATS. Pour des rats crevés, ils semblent plein de vie. Avec ces bestioles, on quitte le registre punk ados pour un truc plus mature qui dépote bien entraînant par la même de belles bousculades dans la salle. Ce n'est pas révolutionnaire mais leur punk rock passe bien et libéra les chiots ! Car un seul chiot pour une salle pleine, un festival sold-out, je vous laisse imaginer la taille de la queue devant !

Cliquer sur l'image - click on the pic

DEAD RATS DEAD RATS DEAD RATS DEAD RATS DEAD RATS

C'est libéré, allégé que je pouvais attaquer le set de BAM [dtg]. Pas de répit pour les kids, les soeurs Dossini et le Néric de ces dames se sont lancés dans un set bien rapide et drôlement efficace. Du plaisir pour les oreilles et les yeux. La vague de pogo ne s'est absolument pas calmée, au contraire, elle enfla atteignant son paroxysme lorsque Cal des TOXIC WASTE s'empara du micro pour une reprise des RAMONES, quittant la scène par un slam mémorable, merci tsunami-BAM.

Cliquer sur l'image - click on the pic

BAM [dtg] BAM [dtg] BAM [dtg] BAM [dtg] BAM [dtg]



Pas de répit, après la vague BAM [dtg], la scène fut recouverte de TOXIC WASTE. Au moment où s'ouvre le procès de l'Erika, il fallait oser. Et ils osèrent. Les kids se déchaînèrent de plus belle sur le rock très français des TOXIC qui ont failli oublier Caricatures, leur méga-tube. Au passage, signalons qu'il se fait largement rattraper par les nouveaux titres de la même veine. Dans le public, Didier Super en grand gosse, est venu embêter ses copains toxiques entraînant au passage notre belle jeunesse dans des pogos de sauvages. Il alla jusqu'à s'offrir un slam, occasion unique pour les groupies de toucher son corps d'athlète... Beau set bien remuant laissant peu de répit. Un petit pipi, une prostate s'annonce, mais la queue cette fois ci et j'ai d'ailleurs remarqué que les ados mâles sont aussi longs que les ados filles.

Cliquer sur l'image - click on the pic

TOXIC WASTE TOXIC WASTE TOXIC WASTE TOXIC WASTE TOXIC WASTE

La voilà enfin la ZEU DISCOMOBILE. Au chant et à la gratte, Didier Super le vrai, à la basse, Chtol, au demeurant bassiste dans Didier SUPER's band et à la batterie, Laurent qui vient de perdre quelques litres de sueur avec les TOXIC WASTE. Le père Didier traîne, pique une clope et un briquet à une minette qui cria et s'agita durant tout le concert pour chercher à le récupérer (a t-il rendu cet objet devenu relique ?). Puis, dernière taffe (il a le droit de fumer, ça fait partie de son spectacle qu'il dit) la ZEU DISCOMOBILE se met en branle la radio à fond, sans doute Chérie FM, avec une réception pourrie massacrant des tubes venus de notre grande variété française ! Le Didier s'agite et s'égosille sur ces oeuvres majeures puisées dans l'immense vivier de l'âge d'or de la chanson française avec il est vrai quelques emprunts aux angliches. Tous les kids connaissaient les chansons preuve qu'il est là le terreau culturel français (pour ne pas dire exception) ! Et ce ne sont pas des Didier Super en voiture tuning ou non qui lui feront de l'ombre ! C'est vrai quoi, il n'y a pas photo entre Joe DASSIN et D.S. Impossible pour lui de rivaliser avec Joëlle d'IL ETAIT UNE FOIS ou de rendre heureux les enfants autant que DOROTHEE a pu le faire. Pour cette dernière, comme il ne s'agit pas de nos gosses mais de ceux du Maroc, le Didier Super et sa ZEU DISCOMOBILE suffisent largement d'autant qu'ils ne doivent pas tout comprendre vu qu'ils n'ont pas d'école. Et fait extraordinaire, au lieu de se poser ces questions existentialistes, ZEU DISCOMOBILE déchaîna encore plus NOS kids. Mais pas de rébellion, ils étaient all right comme dirait QUI et moi pareil, car coincé contre la scène, je ne pouvais que participer à la bousculade généralisée. C'est pour ça que j'avais été faire pipi avant, pas bête le Fred.

Cliquer sur l'image - click on the pic

ZEU DISCOMOBILE ZEU DISCOMOBILE ZEU DISCOMOBILE ZEU DISCOMOBILE ZEU DISCOMOBILE

Après le départ en trombe dans un fracas de pneus qui crissent et de fumée, la salle s'éclaircit un peu. Est-ce que certains n'étaient venus que pour Didier ou l'heure avancé de la nuit transformait les kids en enfants sages à la DOROTHEE ? Il restait encore un bon pool de petits agités prêts à en découdre avec CARVING. Comme à son habitude, la formation emmenée par son chanteur black qui accroche le regard, n'eût pas de peine à enflammer le public survivant qui s'était amassé en pack compact face à la scène. Sans doute que sauter en l'air en pack est plus facile que tout seul et que se mêler étroitement la sueur et les odeurs permettait de communier avec ce côté animal qui transpire du groupe. Plus sage, je me suis réfugié un peu à l'écart ne tentant même pas de traverser cet amas de jambes et de bras. Le temps de quelques morceaux et quelques images, il était raisonnable de rejoindre ma citrouille. Dans l'Atelier, en backstage, certains tentaient de récupérer (vu leur tête de vainqueur, cela n'a pas du être facile), dans la salle, la tuerie continuait...

Cliquer sur l'image - click on the pic

CARVING CARVING CARVING CARVING CARVING



PEOPLE

Cliquer sur l'image - click on the pic

People People People People People




Frédéric Loridant / Photorock.com 2007